Le scandale de l'épreuve de français a l'examen regional 2010 de chaouia-ouardigha (académie de settat)

 Par chahid bahaa  (?)  [msg envoyés : 20le 18-06-10 à 01:34  Lu :17021 fois
     
  
 accueil

L'épreuve de français cette année A L'EXAMEN RÉGIONAL 2010 DE CHAOUIA-OUARDIGHA (Académie de SETTAT) est une erreur monumentale.Les pauvres élèves payeront de leur notes les erreurs et les fautes absurdes de ceux qui ont conçu cet épreuve.
Les éléments de réponses proposés par ceux qui ont conçu cet examen ne correspondent pas aux questions, il n'y a aucune concordance entre la question et sa réponse. Et même les questions sont bâclées,très mal formulées,ambiguës et discordent avec les orientations pédagogiques.
Ces erreurs ont déstabilisé et désorienté nos élèves dans leurs réponses.
Et pour la production écrite, il a été demandé aux élèves de raconter une expérience sur le conflit des générations et de donner leur points de vue sur le rapport entre jeunes et adultes, chose qui se contredit avec la note ministérielle qui dit que la production écrite doit porter seulement sur le point de vue et les arguments.
Cet examen est une preuve que le programme d'urgence 2009-2012 est en marche arrière!!!!!!!!
Faisant partie des professeurs de chaouia-ouardigha,je me pose la question suivante: Pourquoi ce sont mes élèves qui doivent payer les erreurs de ceux qui ont conçu cet examen?
Jugez par vous même:
Texte :
HEMON, entre en criant : Père !
CREON, court à lui, l'embrasse : Oublie-la, Hémon ; oublie-la, mon petit.
HEMON Tu es fou, père. Lâche-moi.
CREON, le tient plus fort : J'ai tout essayé pour la sauver, Hémon. J'ai tout essayé, je te le jure. Elle ne t'aime pas. Elle aurait pu vivre. Elle a préféré sa folie et la mort.
HEMON, crie, tentant de s'arracher à son étreinte : Mais, père, tu vois bien qu'ils l'emmènent ! Père, ne laisse pas ces hommes l'emmener !
CREON : Elle a parlé maintenant. Tout Thèbes sait ce qu'elle a fait. Je suis obligé de la faire mourir.
HEMON, s'arrache de ses bras : Lâche-moi !
Un silence. Ils sont l'un en face de l'autre. Ils se regardent.
LE CHOEUR, s'approche : Est-ce qu'on ne peut pas imaginer quelque chose, dire qu'elle est folle, l'enfermer?
CREON : Ils diront que ce n'est pas vrai. Que je la sauve parce qu'elle allait être la femme de mon fils. Je ne peux pas.
LE CHOEUR : Est-ce qu'on ne peut pas gagner du temps, la faire fuir demain ?
CREON : La foule sait déjà, elle hurle autour du palais. je ne peux pas.
HEMON : Père, la foule n'est rien. Tu es le maître.
CREON : Je suis le maître avant la loi. Plus après.
HEMON : Père, je suis ton fils, tu ne peux pas me la laisser prendre.
CREON : Si, Hémon. Si, mon petit. Du courage. Antigone ne peut plus vivre. Antigone nous a déjà quittés tous.
Compréhension : (10 pts)
1) Complétez le tableau
Œuvre Genre littéraire Auteur Époque des événements
2) Mettez en ordre chronologique les événements suivants selon leur apparition dans l’œuvre :
a. le face à face entre Créon et Antigone,
b. la tentative d’Antigone d’enterrer son frère Polynice,
c. la condamnation d’Antigone,
d. la capture d’Antigone.
3) Le texte est-il une scène d’ouverture, une scène de fermeture ou une scène qui prépare le dénouement ? Justifiez votre réponse.
4) a. Dans cet extrait, que cherche Hémon auprès de son père ?
b. Dans sa dernière réplique, s’adresse-t-il aux sentiments au à la raison de son père ?
5) Quel est le sentiment exprimé dans les didascalies relatives à Hémon ?
6) Créon refuse ce que lui demande Hémon en justifiant ses propos par des arguments. Citez-en deux.
7) En faveur de quel personnage intervient le chœur ? Que propose-t-il ?
8) « La foule … hurle autour du palais » : identifiez la figure de style utilisée dans cet énoncé. Quel en est l’effet recherché ?
9) Quel registre de langue domine dans le texte ? Relevez dans le passage « Elle a parlé…la faire fuir demain » une phrase qui le justifie.
10) Dans cette scène, comment trouvez-vous le personnage de Créon ?
Production écrite : (10 pts)
Sujet : Comme beaucoup de jeunes, il vous est arrivé de contester (ne pas accepter) la décision d’un adulte. Racontez cette expérience et exprimez votre point de vue sur le rapport entre les jeunes et les adultes
Éléments de réponses envoyés par l'académie de chaouia-ouardigha:
I-Compréhension (10pts)
1-
ANTIGONE 0.25
Une tragédie (moderne) 0.25
Jean Anouilh 0.25
L'antiquité (Grèce antique) 0.25
2- b/d/a/c (1pt ou 0 )
3-Ce texte est une scène qui prépare le dénouement. 0.5 pt
Elle précipite les évènements ultérieurs: la mort tragique d'Antigone, d'Hémon et d'Eurydice, ainsi que la solitude de Créon. 0.5 pt
4-a:Hémon cherche à sauver Antigone (sa fiancée) 0.5 pt
b:Dans la dernière répliques il s'adresse aux sentiments de son père.0.5pt
5- ...la colère 0.5 pt
6- Elle a parlé maintenant.Tout Thèbes sait ce qu'elle a fait.
0.5 pt 0.5 pt
(accepter toute réponse valable)
7- Il intervient en faveur d'Antigone. 0.5 pt
Il propose: de la faire fuir 0.5 pt
de la faire passer pour une folle 0.5 pt
8- Il s'agit d'une métaphore 0.5 pt
Souligner le cri fort de la foule 0.5 pt
9- Le registre tragique 0.5 pt
" je suis obligé de la faire mourir." (je ne peux pas) 0.5 pt
10- Un personnage intransigeant (qui ne revient pas sur ses paroles) 1 pt
(accepter toute réponse allant dans ce sens)
II-Production écrite: (10 pts)
-Présentation: 2 pts
-Langue et ponctuation: 4 pts
-Cohérence du texte: 4 pts

  




Vous aimez cet article
Partagez-le avec vos amis


 Réponse N°1 4980

re
  Par   marocagreg  (Adminle 18-06-10 à 09:31

personnellement, je ne vois pas de problème dans cette épreuve. je crois que vous exagérez. D'ailleurs, je n'aime pas qu'on parle des "pauvres élèves" comme des victimes et des responsables comme des bourreaux. Cette épreuve est à la portée de n'importe quel élève moyen.




 Réponse N°2 4981

le choix des mots
  Par   abdeslam slimani  (Profle 18-06-10 à 09:51

Je vous approuve tout à fait M. Marocagreg, je trouve certains propos exagérés: scandale en lettres capitales:(je m'attendais à des énormités!), erreurs (alors qu'on ne voit pas d'erreurs dans l'épreuve), on dirait que notre professeur a une petite dent contre les concepteurs de l'épreuve. Tenir des propos d'une telle gravité peut même attirer à leur auteur des ennuis, surtout quand ces propos sont impulsifs et irrésponsables.




 Réponse N°3 4986

alors qu'on ne voit pas d'erreurs dans l'épreuve!
  Par   Elkahlaoui Abderzak  (Profle 18-06-10 à 12:46

Question:

9) Quel registre de langue domine dans le texte ? Relevez dans le passage « Elle a parlé…la faire fuir demain » une phrase qui le justifie.

Réponse:

9- Le registre tragique 0.5 pt

" je suis obligé de la faire mourir." (je ne peux pas) 0.5 pt

Donc, selon vous M. Slimani, registre de texte = registre de langue? (Pour ne citer que celle-ci)




 Réponse N°4 4988

re
  Par   marocagreg  (Adminle 18-06-10 à 13:31

en effet, il y a une confusion entre les registres de langue et les registres littéraires mais est-ce suffisant pour crier au scandale ? Pour parler d'erreurs monumentales, pour dire que tout a été mal fait dans cet examen ?

concernant la production écrite : je ne vois pas de contradiction avec la note ministérielle, ni avec le texte argumentatif : raconter une expérience ou une anecdote est en soi-même un procédé argumentatif pour étayer un point de vue.





 Réponse N°5 4989

Re
  Par   Elkahlaoui Abderzak  (Profle 18-06-10 à 14:00

Faire perdre bêtement à un élève, à des milliers d'élèves, un point tant précieux est, à mon sens, quelque chose de très grave. Mais le plus grave, c'est la confusion dans l'esprit de celui ou de ceux qui ont proposé l'examen (puisqu'il s'agit d'une commission)! Comment un erreur pareil a pu s'infiltrer? et comment personne n'a fait attention?




 Réponse N°6 4991

re
  Par   marocagreg  (Adminle 18-06-10 à 14:12

Mais le correcteur n'est pas bête ! il doit prendre en considération ces faits : un élève qui répond pour le registre : registre soutenu ou standard aura un point, puisque la question était mal posée ou la réponse a été mal donnée.




 Réponse N°7 4992

re
  Par   Elkahlaoui Abderzak  (Profle 18-06-10 à 14:20

Tout à fait d'accord




 Réponse N°8 4993

Pour avoir le cœur net...
  Par   Idoubiya Rachid  (Profle 18-06-10 à 14:45

Salut,

Pour avoir le cœur net, j'ai copié-coller l'énoncé de l'examen et je me suis mis dans la peau de l'élève "moyen".

NB- Je n'ai pas vu le corrigé proposé...

Texte :

HEMON, entre en criant : Père !

CREON, court à lui, l'embrasse : Oublie-la, Hémon ; oublie-la, mon petit.

HEMON Tu es fou, père. Lâche-moi.

CREON, le tient plus fort : J'ai tout essayé pour la sauver, Hémon. J'ai tout essayé, je te le jure. Elle ne t'aime pas. Elle aurait pu vivre. Elle a préféré sa folie et la mort.

HEMON, crie, tentant de s'arracher à son étreinte : Mais, père, tu vois bien qu'ils l'emmènent ! Père, ne laisse pas ces hommes l'emmener !

CREON : Elle a parlé maintenant. Tout Thèbes sait ce qu'elle a fait. Je suis obligé de la faire mourir.

HEMON, s'arrache de ses bras : Lâche-moi !

Un silence. Ils sont l'un en face de l'autre. Ils se regardent.

LE CHOEUR, s'approche : Est-ce qu'on ne peut pas imaginer quelque chose, dire qu'elle est folle, l'enfermer?

CREON : Ils diront que ce n'est pas vrai. Que je la sauve parce qu'elle allait être la femme de mon fils. Je ne peux pas.

LE CHOEUR : Est-ce qu'on ne peut pas gagner du temps, la faire fuir demain ?

CREON : La foule sait déjà, elle hurle autour du palais. je ne peux pas.

HEMON : Père, la foule n'est rien. Tu es le maître.

CREON : Je suis le maître avant la loi. Plus après.

HEMON : Père, je suis ton fils, tu ne peux pas me la laisser prendre.

CREON : Si, Hémon. Si, mon petit. Du courage. Antigone ne peut plus vivre. Antigone nous a déjà quittés tous.

=================================================================================

A- Compréhension : (10 pts)

1) Complétez le tableau

Œuvre: Antigone

Genre littéraire: tragédie

Auteur: Jean Anouilh

Époque des événements: L'antiquité grecque ancienne.

2) Je mets en ordre chronologique les événements suivants selon leur apparition dans l’œuvre :

b. la tentative d’Antigone d’enterrer son frère Polynice,

d. la capture d’Antigone.

a. le face à face entre Créon et Antigone,

c. la condamnation d’Antigone,

3) Le texte est une scène qui prépare le dénouement car Antigone est déjà condamnée.

4) a. Dans cet extrait Hémon cherche à sauver/protéger Antigone auprès de son père.

b. Dans sa dernière réplique, il s’adresse aux sentiments de son père: "Père, je suis ton fils, tu ne peux pas me la laisser prendre.",

5) Le sentiment exprimé dans les didascalies relatives à Hémon: "entre en criant ", " crie, tentant de s'arracher à son étreinte", "s'arrache de ses bras": la peur, le désespoir.

6) Créon refuse ce que lui demande Hémon en justifiant ses propos par des arguments: 1- "J'ai tout essayé, je te le jure", 2-"Je suis obligé de la faire mourir", 3- "Je suis le maître avant la loi. Plus après".

7) Le chœur intervient en faveur d'Antigone. Il propose de la faire fuir: "la faire fuir demain " / enfermer: " dire qu'elle est folle, l'enfermer?"

8) « La foule … hurle autour du palais » :

La figure de style utilisée dans cet énoncé: il s'agit d'une hyperbole. L’effet recherché: on cherche à animaliser la foule qui devient avide de sang.

9) Le registre de langue dominant dans le texte: il s'agit d'un registre familier: un fils parlant à son père: "Je ne peux pas."/ " ?

Un passage qui la justifie: " Est-ce qu'on ne peut pas gagner du temps"

10) Dans cette scène, le personnage de Créon apparaît comme un être faible et n'a pas le courage de prendre une décision en faveur de son fils, d'Antigone et du Chœur...C'est un être faible: "Je suis obligé de la faire mourir."/ " Je ne peux pas."/ "je ne peux pas."

=================================================================================

Production écrite : (10 pts)

Sujet : Comme beaucoup de jeunes, il vous est arrivé de contester (ne pas accepter) la décision d’un adulte. Racontez cette expérience et exprimez votre point de vue sur le rapport entre les jeunes et les adultes.

Pour cette production écrite, je m'arrête!

Racontez cette expérience! On me demande de raconter alors que la note est claire: il ne s'agit nullement de texte narratif mais argumentatif - qui est demandé!-

"... il vous est arrivé de contester (ne pas accepter) la décision d’un adulte." Cette situation n'est pas du tout claire/évidente!"

- Il fallait dire: votre grand frère/ votre père/ votre professeur...

* De quelle décision s'agit-il? Mariage/voyage/achat d'une voiture/une note/...

- Quels points communs y' a-t-il entre contester une décision et le rapport jeune/adulte?

Bref, pour répondre à cette énoncé très complexe, il aurait fallu écrire:

* Accepteriez-vous les décisions prises par les adultes à votre place? Répondez à cette question sous forme argumentée et organisée;

* Pourquoi certains adultes/personnes plus âgées prennent des décisions à notre place sans demander notre avis?

* Certaines personnes plus âgées que nous prennent des décisions à notre place sans demander notre avis. Trouvez-vous cela normal?

Répondez à cette question avec des arguments et des exemples tirés de vitre expérience personnelle.

Voilà! L'idée est là et qu'on peut exprimer de mille et une façons différentes! Mais on cherche toujours quatorze heures à midi!

=================================================================================

Maintenant je reviens à la correction "officielle" donnée par nos académiciens!

Éléments de réponses envoyés par l'académie de chaouia-ouardigha:

A-Compréhension (10pts)

1- OUI

ANTIGONE 0.25

Une tragédie (moderne) 0.25

Jean Anouilh 0.25

L'antiquité (Grèce antique) 0.25

2- b/d/a/c (1pt ou 0 ) OUI

3-Ce texte est une scène qui prépare le dénouement. 0.5 pt

Elle précipite les événements ultérieurs: la mort tragique d'Antigone, d'Hémon et d'Eurydice, ainsi que la solitude de Créon. 0.5 pt FAUX-FAUX- FAUX!

la réponse: Antigone est déjà condamnée: elle attend sont exécution pour clore cette tragédie.

4-a:Hémon cherche à sauver Antigone (sa fiancée) 0.5 pt

b:Dans la dernière répliques il s'adresse aux sentiments de son père.0.5pt

5- ...la colère 0.5 pt Faux, FAUX- FAUX!:

il s'agit d'un sentiment de : la peur, de désespoir puis de colère!

6- Elle a parlé maintenant.Tout Thèbes sait ce qu'elle a fait.

0.5 pt 0.5 pt

(accepter toute réponse valable)Faux, FAUX- FAUX!:

6) Créon refuse ce que lui demande Hémon en justifiant ses propos par des arguments: 1- "J'ai tout essayé, je te le jure", 2-"Je suis obligé de la faire mourir", 3- "Je suis le maître avant la loi. Plus après".

7- Il intervient en faveur d'Antigone. 0.5 pt

Il propose: de la faire fuir 0.5 pt

de la faire passer pour une folle 0.5 pt

7) Le chœur intervient en faveur d'Antigone. Il propose de la faire fuir: "la faire fuir demain " / enfermer: " dire qu'elle est folle, l'enfermer?"

8- Il s'agit d'une métaphore 0.5 pt FAUX- FAUX!

Souligner le cri fort de la foule 0.5 pt FAUX- FAUX! FAUX- FAUX!

8) « La foule … (hurle) autour du palais » :

La figure de style utilisée dans cet énoncé: il s'agit d'une hyperbole.

L’effet recherché: on cherche à animaliser la foule qui devient avide de sang.

9- Le registre tragique 0.5 pt FAUX- FAUX!FAUX- FAUX!

" je suis obligé de la faire mourir." (je ne peux pas) 0.5 pt

9) Le registre de langue dominant dans le texte: il s'agit d'un registre FAMILIER: un fils parlant à son père!

Un passage qui le justifie: " Est-ce qu'on ne peut pas gagner du temps"

NB- Supposons qu'on cherche à faire sortir le registre tragique, la justification relevée du texte sera:

" Elle aurait pu vivre" : "Antigone nous a déjà quittés tous." !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

10- Un personnage intransigeant (qui ne revient pas sur ses paroles) 1 pt

(accepter toute réponse allant dans ce sens) FAUX- FAUX!FAUX- FAUX!

10) Dans cette scène, le personnage de Créon apparaît comme un être faible et n'a pas le courage de prendre une décision en faveur de son fils, d'Antigone et du Chœur...et d'affronter son peuple: " La foule sait déjà, elle hurle autour du palais. je ne peux pas."/ "C'est un être faible: "Je suis obligé de la faire mourir."/ " Je ne peux pas."/ "je ne peux pas."

Voilà donc le résultat de mon analyse de cet "examen"!

Un travail comme ça ne pourra déboucher que sur des résultats.....................Je laisse le lecteur donner le qualificatif approprié!

Cordialement!

NB- D'ici peu: le temps de mon retour de la prière, je vais éditer l'examen régional unifié pour l'obtention du certificat du cycle collégial: Souss Massa Drâa... C'est un chef-oeuvre! Mieux encore élaboré que celui que je viens d'analyser!

A bientôt donc!





 Réponse N°9 4994

Re
  Par   chahid bahaa  (CSle 18-06-10 à 14:52

Quel est votre avis concernant les questions 8 et 10 ?




 Réponse N°10 4996

C'est un SCANDALE OU comme a dit MAÎTRE IDOUBYA c'est un CHEF-D'OEUVRE!
  Par   chahid bahaa  (CSle 18-06-10 à 15:34

Le correcteur n'est pas bête puisqu'il a constaté les anomalies dans les questions de l'examen avant de recevoir le corrigés de l'académie. Et une fois le corrigé consulté j'ai contacté notre inspecteur qui m'a confirmé que lui aussi a fait les mêmes remarques concernant les questions 3 - 5 - 6 - 8 - 9 et 10. Monsieur l'inspecteur était tout à fait d'accord avec mes remarques mais il a recommandé à tous les correcteurs de suivre le corrigé de l'académie à la lettre sinon nous aurons des problèmes. Malgré les directives de notre inspecteur, nous avons décidé tous d'attribuer une note à chaque réponse juste suivant notre corrigé.




 Réponse N°11 4998

quelques remarques :
  Par   marocagreg  (Adminle 18-06-10 à 15:51

- c'est vrai que " la foule ... hurle ' n'a rien d'une métaphore, le hurlement peut être humain ou animal, et je suis tout à fait d'accord qu'il s'agit d'une hyperbole.

Si on parle d'animalisation de la foule,cela veut dire qu'il s'agit aussi d'une métaphore.

- "Est-ce qu'on ne peut pas gagner du temps" : je ne crois que ce passage renvoie à un registre familier.

en ce qui concerne le sujet de production écrite : il est vrai qu'on peut mieux formuler le sujet, cela dit, personnellement, je considère que ça reste quand même, même avec cette formulation, acceptable. pour les autres questions : ça reste une question de point de vue et de formulation de la question.




 Réponse N°12 4999

C'est question de clairvoyance et de flair!!!!!
  Par   chahid bahaa  (CSle 18-06-10 à 15:51

Sincèrement , j'espère que vous voyez maintenant le problème dans cette épreuve.

Est-ce que c'est toujours une exagération. D'ailleurs, moi j'aime mes "pauvres élèves" victimes des commissions et des responsables . Cette épreuve indigne d'un élève médiocre.





 Réponse N°13 5000

réactions normales!
  Par   kasbaoui abdelaziz  (Autrele 18-06-10 à 16:16

Rares sont les occasions où j'ai pu rencontrer durant mes trente années de service quelqu'un qui n'a pas émis une remarque sur une épreuve. Réaction tout à fait normale!

premièrement, parce que c'est très réhabilitant du point de vue psychologique. On pourrait toujours faire mieux.

deuxièmement, parce que la tradition des devoirs du contrôle continu élaborés ici et maintenant est tellement ancrée qu'on n'arrive pas parfois à reconnaitre certaines façons de faire.

troisièmement, parce qu'on insiste sur le résultat et on oublie le processus. S'il y a un problème d'évaluation et de curriculum, ce n'est pas à l'examen de le résoudre, mais c'est au programme et au cadre référentiel. L'examen n'est qu'un résultat de tous les autres éléments.

quatrièmement, parce qu'on pense n'importe comment. Comment oser endosser à un examen la responsabilité des notes des élèves alors qu'on ne cesse durant toute l'année de se plaindre de leurs niveaux?. Ils ne vont pas se métamorphoser. Quand même.

cinquièmement, parce que les épreuves de langue, différemment de celles des sciences, se prêtent à l'interprétation, à la subjectivité, à "une autre façon" de faire ou d'élaborer.

Revenons à l'épreuve proprement dite:

1. Je partage entièrement le point de vue de M. Marocagreg. Une question mal posée ne pourrait altérer la qualité d'une épreuve. Avoir du souci pour les élèves est légitime, mais à condition qu'ils eussent été TOUS dans la possibilité de répondre correctement à cette question ambiguë.

2. L'argumentation n'exclut pas la narration. Argumenter à partir d'une anecdote, d'un récit (dans les fables notamment) relève justement d'un genre textuel reconnu. Que les élèves ne soient pas préparés à ce type d'argumentation faute de temps ou faute de cadre référentiel ne pourra gommer ou exclure ce genre.

3. Une marge de jugement est toujours laissée au correcteur d'une épreuve de LANGUE justement parce qu'on s'est toujours rendu compte qu'il est impossible de la "scientifiser".

Pour finir, je dirai qu'il faut adresser, en vue de rentabiliser toutes les remarques émises, un rapport détaillé bien argumenté à la commission des examens. Un feed-back essentiel à former un cumul d'idées et d'évaluations réciproques.

cordialment





 Réponse N°14 5001

Déçu par les siens
  Par   chahid bahaa  (CSle 18-06-10 à 16:34

Je crois que je vais finir par dire comme Pangloss que "tout va bien dans le meilleur des mondes"!!!!!

NB: Un rapport détaillé et bien argumenté a été envoyé à la commission des examens le 16 / 06 / 2010.




 Réponse N°15 5002

re
  Par   marocagreg  (Adminle 18-06-10 à 16:42

Je ne suis pas complètement d'accord avec vous M . Idoubiya pour les questions 3 - 5 - 6. Je crois que dire comme ça un Faux catégorique serait un peu abusif. Si tu veux, on peu en discuter en détail. Concernant M. Chahid : si vous êtes sûr que votre académie a proposé un examen qui n'est pas digne d'un élève médiocre et si vous êtes sûr qu'elle a commis un crime contre vos "pauvres élèves", alors, ce n'est pas sur ce forum qu'il faut le dire, mais vous devez écrire un rapport à vos responsables pour les mettre devant leur incompétence. Quand à cet inspecteur qui vous dit que vous avez raison et qui vous demande malgré ça de suivre le corrigé qu'il croit faux, ça à mon avis est le vrai scandale.




 Réponse N°16 5003

Quelque remarques aussi!
  Par   Idoubiya Rachid  (Profle 18-06-10 à 17:19



Salut Marocagreg,

Il ne s'agit pas d'une, deux ou trois erreurs, mais "l'examen fourmille d'erreurs TRAGIQUES!"

Prologue:

1- Le message doit toujours être régulé en fonction de son destinateur! C'est règle générale! Dans la pratique, c'est autre chose!

2- Nos élèves sont tiraillés entre l'enclume d'un programme aveugle qui ne voit absolument rien des vrais besoins de nos élèves, et le marteau de l'évaluation qui achève de donner la grâce à nos mioches!

3- Cher marocagreg, la situation est grave! Ce n'est pas une simple question de figure de style: "métaphore"/"hyperbole" qui est ici sujette à discussion mais:

A- - L'interprétation de la figure de style: le cri fort de la foule!!!!!

- L'interprétation de la figure de style: L’effet recherché: on cherche à animaliser la foule qui devient avide de sang.

B- Les registres: de langue = registre de texte!

C- - Interprétation du registre de texte: COMPLÉTEMENT absurde!

je suis obligé de la faire mourir." (je ne peux pas) 0.5 pt

- Interprétation du registre tragique dans ce passage: ( le tragique est déjà là! il suffit comme le dit Jean Anouilh de faire/entreprendre le petit pousse...)

" Elle aurait pu vivre" : le conditionnel passé ici introduit l'impossibilité dans le présent. Antigone est un personnage tragique: elle est condamnée d'avance par les dieux. Son comportement est dicté et connu d'avance! Voilà d'ailleurs une expression, on ne peut pas être plus claire! "Antigone nous a déjà quittés tous."

D- Pour le registre familier, il serait très difficile de trancher avec cette phrase: " Est-ce qu'on ne peut pas gagner du temps" S'agit-il d'un registre soutenu?!!! C'est à discuter sans sortir par un résultat! D'ailleurs, ce n'est pas l'objectif de l'évaluation proposée ici!

E- Un personnage intransigeant (qui ne revient pas sur ses paroles) 1 pt

(accepter toute réponse allant dans ce sens) FAUX- FAUX!FAUX- FAUX!

Dans cette scène, le personnage de Créon apparaît comme un être faible et n'a pas le courage de prendre une décision en faveur de son fils, d'Antigone et du Chœur...et d'affronter son peuple: " La foule sait déjà, elle hurle autour du palais. je ne peux pas."/ "C'est un être faible: "Je suis obligé de la faire mourir."/ " Je ne peux pas."/ "je ne peux pas."

- Est-ce vrai que Créon est un personnage intransigeant? Si la réponse est affirmative, c'est que Jean Anouilh n'a fait que paraphraser Antigone de Sophocle! Ici au contraire, Créon est tout à fait docile et s'il veut garder le POUVOIR, il a tout fait pour sauver Antigone!

Voilà un extrait d'Antigone de Sophocle qui démontre ce que j'avance: la vraie cruauté et l'intransigeance criante de Créon... ( Écrit/traduit d'un langage soutenu!!!) : Épisode III

Voir édition Bordas PP: 75-76.

Créon: (...)

Il n'est pire fléau que la rebellions:

elle perd les États, ruine les maisons,

elle brise et défait et défaits les lances alliées;

mais partout où l'on voit régner la discipline;

un peuple entier, debout, parvient à se sauver;

aussi doit-on lutter pour l'ordre général.

A la femme jamais ne cédons la victoire;

et vainqueur pour vainqueur, mieux vaut subir un Homme,

qu'être considéré plus faible qu'une femme.

(...)

Hémon: - Père....

Je ne le nierai pas: ton langage est d'un sage,

et j'espère pouvoir ne le nier jamais.

Mais d'autres le pouvaient, peut-être à juste titre.

Du moins le sang pour toi me rend-il attentif

aux paroles, aux faits, aux blâmes qu'on formule.

Car si ton seul regard épouvantable le peuple

quand il tient des discours qui ne te plaisent pas,

en revanche, dans l'ombre, il m'est permis d'entendre

à quel point la cité plaint cette jeune fille.

6- Elle a parlé maintenant.Tout Thèbes sait ce qu'elle a fait.

0.5 pt 0.5 pt

(accepter toute réponse valable)Faux, FAUX- FAUX!:

6) Créon refuse ce que lui demande Hémon en justifiant ses propos par des arguments: 1- "J'ai tout essayé, je te le jure", 2-"Je suis obligé de la faire mourir", 3- "Je suis le maître avant la loi. Plus après".

F- (accepter toute réponse valable!!! Cela risque/ donne l'occasion aux interprétations des enseignants: donnons les réponses possibles et laissons après l'action au bon sens des correcteurs...

- ...la colère 0.5 pt Faux, FAUX- FAUX!:

il s'agit d'un sentiment de : la peur, de désespoir puis de colère!

6- Elle a parlé maintenant.Tout Thèbes sait ce qu'elle a fait.

0.5 pt 0.5 pt

(accepter toute réponse valable)Faux, FAUX- FAUX!:

G- Au tout début, Hémon n'était pas du tout en colère contre son père Créon! Il était dans une position d'implorant! Il voulait la miséricorde de son père!

HEMON, crie, tentant de s'arracher à son étreinte : Mais, père, tu vois bien qu'ils l'emmènent ! Père, ne laisse pas ces hommes l'emmener !

CREON : Elle a parlé maintenant. Tout Thèbes sait ce qu'elle a fait. Je suis obligé de la faire mourir.

HEMON, s'arrache de ses bras : Lâche-moi !

Un silence. Ils sont l'un en face de l'autre. Ils se regardent.

Mais après avoir perdu tout espoir de sauver Antigone, la situation d'imploration devient situation de colère!!!

Cordialement.




 Réponse N°17 5004

"MA GUEDDOU FIL ZADOUH FILA"
  Par   martah amine  (CSle 18-06-10 à 17:55

Excusez-moi chers collègues de prendre part à cette petite discussion qui me tient vraiment à cœur ! D’ailleurs j’en ai eu l’idée personnellement comme une façon de consulter d’autres avis à propos de l’examen régional de français de la région de Sous Massa Draa, mais faute de temps je n’ai pas concrétisé l’idée. C’est donc avec plaisir que je vois que le débat est lancé, grâce à d’autres initiatives, bien que je remarque par la même occasion que le fléau n’est pas exclusif à notre examen !!!

Je vais essayer d’être direct au risque de paraître cru : lorsqu’on n’est pas sur le terrain, dans la pratique quotidienne de la classe et de ses contraintes, lorsqu’on ne remet pas en question ce qu’on fait, continuellement, de façon à l’adapter avec une réalité en mouvement, non à le figer dans une idée préconçue, on ne peut que se retrouver devant de tels examens ! Et rien qu’en parcourant cette discussion on voit bien que un regard de l’intérieur ne peut en aucun cas être un regard théorique, voire confortable, des choses. C’est vrai que les propos de notre collègue Chahid Bahaa nous laissent prévoir le pire et après une première lecture de l’examen on se dit que ce n’est pas vraiment justifié ! Mais l’analyse faite par Monsieur Idoubya Rachid montre « les monstruosités » de l’épreuve ! Cette analyse est pertinente pour une raison fondamentale : notre collègue fait l’effort de se mettre dans l’esprit d’un élève. Et c’est la le problème, ceux qui posent ce genre d’épreuves font comme si c’est eux qui passent l’examen, au mieux comme si c’est leur propre élèves qui vont le faire. Alors même que dans une région vaste comme celle de Souss par exemple, tu dois poser une épreuve où doit se retrouver les élèves d’Agadir (public et privé), d’Inzeghane, de Tiznit,…mais aussi des régions rurales de Zagora ou de Ouarzazate !!!!

D’autre part je suis étonné d’entendre de tels propos : « Une question mal posée ne pourrait altérer la qualité d'une épreuve » , je suis désolé M. kasbaoui, et avec tout le respect que je vous dois, mais cette vérité est selon quelle science ? Selon quelle pédagogie et quelle didactique ? Je crois même que ça contredit le sens même de l’apprentissage ! Parce que si je demande à un élève de relever un registre de langue c’est la même chose que si je lui demande de trouver un registre littéraire ? Il peut donc me répondre n’importe comment si je lui demande n’importe comment. Ou devrait-il, tout élève qu’il est, comprendre mon intention et répondre en fonction !!! De plus, il et étonnant comme on peut s’aveugler sois même : on ne cesse de se lamenter sur le niveau de élèves et au final on vient leur proposer une épreuve dont les questions sont mal posées !!! On a des handicapés et on leur enlève les béquilles !!! on ne cherche nullement des excuses aux élèves, mais aussi il ne faut pas les accabler, car pou un grand nombre, une fois arrivés au lycée les jeux sont déjà faits pour eux et au lieu de les mettre dans des conditions favorables pour remonter leur handicape on vient le jour de l’examen et on les condamne, non par un examen difficile, pas du tout, par des questions mal posées : c’est vraiment absurde ! Une belle leçon pour ceux qui vont les suivre ! Excusez moi de dire ça, si on corrige pas les copies des élèves, on ne peut pas comprendre : pour la première fois j’ai corrigé des copies où la note de la compréhension est inférieure à celle de la production écrite. Qu’est ce que cela montre ? Tout simplement que cet élève a la capacité de comprendre le français et même de produire à l’écrit un français plus ou moins correcte, mais que des questions ma MAL POSEES l’ont induits en erreur ! D’ailleurs les réponses, même les fausses, le montrent !!

Au final qu’est on a fait ? On a hypothéqué les chances d’un élève d’obtenir sont baccalauréat ! Sachant d’avance que de part sa copie où il a eu 06 ou 08 on voit bien qu’il aurait pu avoir facilement 10/12 ou 13 ! Et le pire dans l’histoire c’est que c’est pas une évaluation en classe où on peut rectifier dans l’instant (parce que tout le monde peut se tromper et poser une mauvaise évaluation), où on peut rectifier dans notre correction des copies de nos élèves, où on peut rectifier dans la prochaine évaluation… on ne peut plus réparer ce qui a été cassé ! Même pas l’année prochaine, ces élèves ne vont pas refaire leur première année, ils vont porter sur leur dos le retard de point à la deuxième année !!

Dernière remarque, comment peut on parler de « marge de jugement » dans la correction si on veut l’égalité des chances ?!!! Rien que dans l’établissement où je travaille la différence entre ma correction et celle de mes collègues et de l’ordre d’au moins trois questions (sans compter la production écrite !), ce sont donc trois points qu’on peut avoir ou ne pas avoir selon le hasard d’avoir sa copie entre les mains d’un correcteur où d’un autre !! Ce n’est pas une marge, c’est un gouffre !!!

Pour finir je me demande comment peut-on dormir tranquillement après avoir posé de tels examens (ça me rappelle un passage du dernier jour d’un condamné, chapitre V il me semble : lorsqu’il parle de la conscience de ceux qui condamnent !) ?!! Avec cela les épreuves se transforment en des boîtes à Merveilles (on se c’est jamais ce qui va en sortir), les élèves des condamnés qui attendent l’exécution le jour de l’examen avec la certitude d’y rester, et puis les professeurs des personnages tragiques écrasés par un destin fatal qui condamne leur cours et leurs efforts à l’inanité !!

au plaisir de débattre avec vous!




 Réponse N°18 5006

re
  Par   marocagreg  (Adminle 18-06-10 à 18:10

Ce qui nous intéresse tous c'est de parvenir à la vérité, mais en restant objectifs.

je vais discuter une question à la fois. je vais commencer par la question 8 :

la foule hurle autour du palais.

on est tous d'accord qu'il s'agit d'abord d'une hyperbole, mais celui qui dit qu'il s'agit aussi d'une métaphore, est-ce qu'on va lui dire, non c'est complètement faux ! le hurlement d'après le dictionnaire renvoie d'abord à un cri animal qui dit animal, dit que la foule est comparée implicitement à une meute de loups ou de chiens : le hurlement transforme la foule en une masse animal en colère qu'il est difficile de maîtriser : la foule est animalisée (donc il y a bien une métaphore qui permet de rendre compte non seulement de la menace que constitue la foule, de la violence qu'elle incarne) (donc il y a bien une métaphore qui renforce l'hyperbole dans la phrase)

cette meute / foule est à mettre en opposition par rapport Créon qui, en tant que roi, est aussi le maître qui a un pouvoir sur cette meute : il a le pouvoir de lui lâcher la laisse ou de l'apprivoiser, de calmer sa colère. (la foule ou la meute c'est le peuple manipulé)

c'est là que je passe à la question 10 : dire que Créon ne revient pas sur sa parole parce qu'il est lâche et qu'il craint la foule est une interprétation, mais rien ne nous empêche d'aller plus loin en considérant que Créon est un manipulateur qui profite de la colère de la foule pour refuser de sauver Antigone, pour rendre sa condamnation irréversible : sous la faiblesse apparente se cache un stratège et un manipulateur (du peuple et de son propre fils) qui fait tout pour garder le pouvoir et pour exterminer la race maudite qui menace l'existence de Thèbes. (d'ailleurs qu'est-ce qui empêcherait Anouilh de reprendre cette dimension de la personnalité de Créon qui existe comme tu l'a montré preuves à l'appui dans la tragédie de Sophocle?)

en ce qui concerne la question 6 : franchement, les arguments que vous avez donnés sont justes, mais ceux qui sont indiqués dans la réponse le sont aussi :

6- Elle a parlé maintenant.Tout Thèbes sait ce qu'elle a fait.

en fait Créon évoque ici un argument de taille pour refuser le pardon à Antigone. Puisque l'affaire s'est ébruitée, passant du domaine privé au domaine public comme le montre la réaction de la foule manipulée, Créon ne peut plus pardonner, car s'il le fait, il nuirait à sa propre image, en se montrant comme un tyran qui méprise la loi. donc c'est VRAI VRAI VRAI.

amicalement





 Réponse N°19 5008

Rendre à césar ce qui lui appartient!
  Par   kasbaoui abdelaziz  (Autrele 18-06-10 à 20:41

Salut

Comment peut-on évaluer une épreuve, "scientifiquement" parlant (une démarche scientifique fiable à 100% n'existerait pas encore!)? trois référentiels sont là pour nous répondre: l'un est institutionnel, le second est docimologique et le troisième est scientifique. Examinons-les!

1. le référentiel institutionnel consiste en le respect du cadre référentiel des examens. Je vous laisse l'initiative de me dire si ce référentiel est transgressé.

2. le référentiel docimologique interroge le mode de questionnement (variété des questions, ..) et les capacités intellectuelles à évaluer (repérer, inférer, analyser, etc..) sachant qu'une épreuve de dix questions ne peut tout proposer.

3. le référentiel scientifique consiste à définir si l'épreuve présente des erreurs, des flous terminologiques, ....

Conclusions:

1. Selon les différentes analyses concordantes, le problème réside dans la question relative au registre. c'est une maladresse, c'est une erreur, c'est une anomalie... mais on ne peut "diaboliser" l'épreuve toute entière.

2. Pangloss aurait raison dans la situation qui est la nôtre si les procédures de l'élaboration des examens est respectée. L'épreuve doit émaner de l'enseignant; la commission des examens la validera ou non. nous savons tous comment cela se passe (propositions généralement élaborées à la hâte, méfiance des commissions, etc). il est temps donc de réhabiliter cette procédure. c'est un droit à revendiquer.

3. M. Martah! on ne peut se mettre dans la peau des élèves pour élaborer une épreuve pour la simple raison qu'il faudrait, dans ce cas, élaborer une épreuve pour chaque élève. vous avez raison de citer les villes de votre région (une épreuve conçue pour les élèves de Tiznit aurait défavorisé ceux de bounaamane ou de lakhssass) . Il s'agit ici, par la force de la docimologie, d'une évaluation externe, donc standard.

4. Pierron, le père de la docimologie, avait fait corriger une copie de mathématiques par plus de 50 professeurs qui ont octroyé à la même copie des notes allant de 2 à 18. Ddepuis beaucoup de travail a été fait pour éliminer les effets pervers de l'évaluation, mais on ne peut le faire toujours pour des productions qui "s'apprécient" plus qu'elles ne "se mesurent".

5. la marge laissée au correcteur, SI Martah! est justement une occasion donnée à l'enseignant pour prendre en compte certaines réponses non prévues, surtout quand il s'agit de questions ouvertes ou de productions libres.

5. L'égalité des chances est un concept très médiatisé mais qui est réduit malheureusement aux examens: l'égalité des chances exige des moyens d'enseignement pour tous les enseignants, des potentialités d'apprentissage pour tous les élèves, des conditions favorables de travail pour tous, .... et des examens pour tous. Déjà avec l'examen régional, ce principe n'est pas respecté.

Merci M. Chahid, MIdoubiya, M. Martah, M. Marocagreg,




 Réponse N°20 5009

RE M. MAROCAGREG
  Par   chahid bahaa  (CSle 18-06-10 à 21:09

Mes respets M. Marocagreg mais votre forum vaut pour moi et mes collègues beaucoup plus que les autres vers qui vous voulez que je me plaigne.Mais ne vous en faites pas un rapport détaillé et bien argumenté a été envoyé à la commission des examens le 16 / 06 / 2010.

VOTRE SITE EST LA LUEUR QUI ME PERMET DE PERSEVERER DANS MON ENSEIGNEMENT

MERCI




 Réponse N°21 5010

"Se mettre dans l’esprit d’un élève" et incarner la peau d'un enseignant!
  Par   Idoubiya Rachid  (Profle 18-06-10 à 21:38



Salut, MM.chahid bahaa et martah amine sans oublier mes autres collègues et amis et sans oublier mon cher marocagreg et madame Kerzazi bien sûr.

Personne ne peut contester le fait que la composition des examens requiert des compétences particulières. Il ne suffit pas de savoir lire et écrire pour mettre à plat la vie de centaines de milliers d'élèves! C'est une question d'éthique autant de conscience!

Nous avons de sérieux problèmes avec la docimologie/édumètrie...

Pourquoi?

Comme vient de l'expliciter clairement M.martah, ce n'est qu'en étant confronté à la réalité de nos classes qu'on peut comprendre la réalité de notre système d'enseignement...

Vous savez M. marocagreg, pourquoi je vous ai demandé de bien "récompenser" les enseignants qui auront la gentillesse/ la bonne volonté de nous envoyer les corrections "officielles", parce que je n'ai fait que donner des réponses personnelles en se mettant dans la peau de nos élèves: il fallait attendre les réponses de nos académiciens pour voir ...

NB- Cela en sachant pertinemment que la plupart des "examens" présentent de vrais problèmes méthodologiques et même de connaissances!!!Sans oublier les fâcheuses impertinences des questions ambiguës et mal posées...

Mais pour la rigueur scientifique, je n'ai pas voulu être intuitif et dire des choses dans l'aire, sans preuves valables...

Donc, j'ai décidé de confronter le méfait avec le méfait! les questions avec les réponses!

Vous savez cher marocagreg, - je l'ai dis auparavant- Lorsque j'ai corrigé les copies d'élèves et j'ai donné 9/10, j'étais trop sévère avec eux! Savez-vous que seule cinq élèves ont eu entre 7 et 8. Je n'ai donné ni 9 ni 10 cette année! J'ai voulu donner ces notes mais je n'ai trouvé aucune personne qui les mérite!

En faite, si vous parlez de Métaphore/ hyperbole: ce qu'on donne comme réponse, c'est métaphore! TOUS les élèves qui auront écrits Hyperbole auront 0 point!

Pour les arguments, soyez sûr que nombreux sont les enseignants qui ne vont même pas faire l'effort de lire et les questions et le texte: profondément!!!Ils vont se contenter des réponses données dans le modèle de correction...

Comme notre collègue vient de mentionner dans l'examen de Souss Massa, les questions et les réponses

sont incapables de montrer si l'élève possède des "compétences" ou non!

Voilà le passage:

Brusquement, mon père me déposa à terre et disparut dans la foule. Son absence dura. Des cris s’élevèrent à l’autre bout du souk. Ils dominaient le tumulte, éclataient comme un orage. De grandes ondulations parcoururent cette mer humaine. Des explosions de colère fusaient ça et là, reprenaient quelques pas plus loin, se transformaient en tintamarre.

Voici que tous les gens du souk se mirent à courir ; Fatma Bziouya et ma mère répétaient « Allah ! Allah ! », Se plaignaient à haute voix de leurs douleurs de pieds que la foule écrasait, essayaient de retenir leurs Haiks emportés par le courant.

Enfin, passèrent mon père et le courtier se tenant mutuellement par le collet. Le souk leur faisait cortège. Les deux hommes avaient les yeux rouges et de l’écume au coin des lèvres. Mon père avait perdu son turban et le dellal avait une tache de sang sur la joue.

Ils s’en allèrent suivis par les badauds.

Ma mère, la voisine et moi, nous nous mimes à pleurer bruyamment. Nous nous précipitâmes au hasard, à leur poursuite. Nous débouchâmes au souk des fruits secs. Aucune trace des deux antagonistes ni de leur cortège. Je m’attendis à voir des rues désertes, des étalages abandonnés, des turbans et des babouches perdus dans la panique générale. Je fus déçu. Aucune trace de la bagarre n’avait marqué ces lieux. On vendait et on achetait, on plaisantait et de mauvais garnements poussaient l’indifférence jusqu’ à chanter des refrains à la mode.

Notre tristesse devenait étouffante dans cette atmosphère. Nous sentions tout notre isolement ma mère décida de rentrer.

Il ne sert à rien, ajouta -t- elle , de courir dans toutes les directions . rentrons pour attendre et pour pleurer

- Observons certaines questions:

Question 7 Dans ce texte, il y a :A- plus de narration que de description

B- plus de description que de narration

Recopiez la bonne réponse et justifiez-là.

Voilà la réponse donnée par les académiciens:

Dans ce texte, il y' a plus de narration que de description.

Justification: EX: Emploi du passé simple.

Commentaire: Certes dans ce texte, le narrateur essaye de présenter un drame familial: l'interaction entre son père et le Dellal. Mais, derrière la présentation dramatique des événements: enchaînement précipitée des actions, tout le passage reste fondé sur la description / images qui restent indélébiles dans la mémoire d'Ahmed:

Ils dominaient le tumulte, éclataient comme un orage.

Des explosions de colère fusaient ça et là, reprenaient quelques pas plus loin, se transformaient en tintamarre.

Fatma Bziouya et ma mère répétaient « Allah ! Allah ! », Se plaignaient à haute voix de leurs douleurs de pieds que la foule écrasait, essayaient de retenir leurs Haiks emportés par le courant.

Le souk leur faisait cortège. Les deux hommes avaient les yeux rouges et de l’écume au coin des lèvres. Mon père avait perdu son turban et le dellal avait une tache de sang sur la joue.

Aucune trace de la bagarre n’avait marqué ces lieux. On vendait et on achetait, on plaisantait et de mauvais garnements poussaient l’indifférence jusqu'à chanter des refrains à la mode.

Notre tristesse devenait étouffante dans cette atmosphère. Nous sentions tout notre isolement ma mère décida de rentrer.

Voilà texto les passages où il s'agit de passages clairement descriptifs - je me fonds sur le temps par excellence de la description: l'imparfait...-

Maintenant, personne n'ignore que les : adjectifs qualificatifs, les adverbes de manière, les moralisateurs sont aussi des indices qui marquent la description dans un passage! Or, les autres passages où il y' a la "narration: je reviens pour discuter la pertinence de l'emploi de ce terme- fourmillent de ces indices!!!!

Dire que ce passage est plutôt "narratif" que descriptif, c'est se moquer de toute une nation! - Nous ne vivons pas dans une île déserte, mais dans le monde, qui nous classe parmi les médiocres des systèmes d'enseignement, en lisant entre autre nos EXAMENS!

Maintenant, revenons à la notion de la narration: La narration n'est pas à opposer à la description! Lorsqu'il y a opposition, on parle de typologie textuelle!!!

Lorsqu'on parle de la narration, il y 'a:

Qui raconte ? Identité et position du narrateur

b) Qui voit ? Les variations du point de vue

c) Le temps ou moment de la narration par rapport à l'histoire

d) L'ordre de la narration par rapport à l'ordre de l'histoire

e) La durée de la narration par rapport à la durée de l'histoire

Voilà encore des erreurs flagrantes!!!

Maintenant, la réponse des académiciens autour de cette question:

Dans ce passage, il y' a: A- plus de narration que de description!

Justification: EX: Emploi du passé simple!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

=================================================================================

Question 9 Que pensez-vous de l'utilisation des mots arabes tel que Haïk - dellal dans le texte?

Question 10 Quel sentiment ressentez-vous à la lecture de ce récit? Exprimez les raisons de votre réaction.

Voilà la réponse commune à ces deux questions, telle qu'elle figure dans le "Corrigé"

- Acceptez toute formulation adéquate où le candidat prend position par rapport au contenu du texte en justifiant son point de vue.

- Acceptez toute formulation adéquate où le candidat prend position par rapport au contenu du texte en justifiant son point de vue.

La répétition de la même phrase n'est pas gratuite...

Commentaire:

Les académiciens n'ont pas voulu/pu donné les deux réponses en laissant cela au BON SENS des enseignants!!!

- Cinq correcteurs vont-ils être d'accord sur une même réponse donnée par un élève? Alors qu'aucune réponse référence n'est donnée!!!

- Q 9 Que pensez-vous...Il fallait écrire : pourquoi le narrateur utilise-t-il des mots arabes?!!!

Q 10 Quel sentiment ressentez-vous à la lecture de ce récit? Dans cette question, les académiciens ont utilisé le mot "récit". Or, le mot récit veut dire: histoire, roman autobiographique, œuvre...

Nombreux sont les élèves qui ont opté pour le roman en générale: parmi les réponses les plus fréquentes: j'ai bien aimé cette histoire d'Ahmed Sefrioui qui ma donné beaucoup de plaisir...

Ce récit est génial car il présente le Maroc comme nous l'aimons tous...

Alors que d'autres élèves ont interprété le mot récit pour: texte, passage, extrait...

Cet extrait est triste car le narrateur, son père et sa mère ont vécu une situation dramatique!!!

Maintenant: à qui donner la note!!!Aux deux? - C'est ce que j'ai fais!

Mais cela est du côté de l'élève. Mais du côté de la formulation de l'énoncé et pour diminuer la pluralité des réponses, il aurait fallu écrire:

Q 10 Quel sentiment ressentez-vous à partir de la lecture de ce passage, de ce texte?

=================================================================================

Q 5 Relevez dans le premier paragraphe: A- métaphore

B- comparaison

La réponse:

A- métaphore: " cette mer humaine"

B- comparaison: "éclataient comme un orage"

Mais: dans le premier paragraphe, il y 'a aussi: "Des ( explosions de colère) fusaient ça et là"/ " De grandes ondulations"/ "Ils dominaient le tumulte," qui sont bel et bien trois belles MÉTAPHORES!!! Beaucoup d'élèves les ont données comme élément de réponse...Ne vont-ils pas avoir leur note!!!!

Q 4 Dans la liste suivante, Cris- ondulation - tintamarre - tumulte - turban - explosion:

- La réponse donnée par..................!!!!

turbon: mot trouvé par la plupart des élèves et ONDULATION!

Or, voilà ce que me donne mon LITTRE comme définition du mot ONDULATION: En phys. Propagation du SON dans l'air par des vibrations concentriques...

Commentaire:

Est-ce que l'élève qui a donné les deux mots en questions ont bien répondu? Est-ce que pour autant, on va dire qu'ils maîtrisent la notion de champ lexical?

Et pour ONDULATION est-ce que ce mot ne fait-il pas parti du champ lexical du bruit? Revoir la métaphore: "De (grandes ondulations) parcoururent cette mer humaine = des cris forts et sourds parcoururent cette foule agitée!!!)

Les élèves maintenant qui ont répondu Turbon + tintamarre. Ne vont-ils pas être pris comme des élèves qui ne connaissent pas la notion de champ lexical?

et puis, la non connaissance des mots utilisés: ondulation - tintamarre - tumulte ne veut surtout pas dire que l'élève ne connaît rien du champ lexical: La fiabilité d'un instrument de mesure, c'est sa capacité à mesurer avec exactitude l'objet de l'évaluation! Le critère de fiabilité comme dans la plupart des items ici n'est pas respecté!!!!!

Nos académiciens connaissent-ils la notion de champ lexical, de métaphore, de narration?????

=================================================================================

Q 3 Relevez dans le texte un indice qui montre que le narrateur est un enfant.

- On dit: Relevez DU texte........

- Pour être plus précis, il fallait écrire: relevez (une expression/ une phrase) au lieu du mot: "indice"!!!

- Et pour les élèves qui ont écrit: "Ma mère, la voisine et moi, nous nous mîmes à pleurer bruyamment." ne vont-ils pas être notés favorablement en obtenant leur note: sachant que la réponse officielle: " mon père me déposa sur terre"! qui se trouve au début de texte: l'élève cherche un INDICE pas une phrase!

================================================================================

Q 6

6- il ne sert à rien, ajouta-t- elle , de courir dans toutes les directions. Rentrons pour attendre et pour pleurer.

a_ ce passage est-il :

A_ au discours direct ?

B_ discours indirectes ?

C_ au discours indirect libre ?

A part la nature peu usuelle pour un élève et très problématique: certains enseignants ont donné la réponse: C_ au discours indirect libre ? cette question prête à confusion!

b- Dans ce passage, quel est le sentiment exprimé par le personnage?

- Cette question est aussi confuse qu'imprécise!

Dans ce passage? Il fallait écrire: dans ce discours! Pour que l'élève ne fasse pas la confusion entre passage/texte et la phrase en question: beaucoup d'élèves ont fait cette question: preuve empirique!

....quel est le sentiment exprimé par le personnage? "...il ne sert à rien, ajouta-t- elle , de courir dans toutes les directions. Rentrons pour attendre et pour pleurer."

Ce discours n'est pas un sentiment mais une RÉACTION! Le sentiment est bien dit par les élèves qui ont lu le texte et qui ont répondu à la question qui sera notée ZÉRO!!! "Notre tristesse devenait étouffante dans cette atmosphère. Nous sentions tout notre isolement ma mère décida de rentrer." : sentiment de TRISTESSE ET DE SOLITUDE - il ne faut quant même pas oublier le thème de( la solitude vu et revu tout au long du récit! ("isolement")

=================================================================================

Bref, la docimologie est un SAVOIR qu'on n'arrive pas à maîtriser en sachant lire et écrire!

Bref, se lancer aujourd'hui dans l'aventure des examens, c'est se voir noyer dans un verre d'eau!

Bref, l'histoire dira les choses qu'on ne dit pas nécessairement aujourd'hui: tout reste dans le net, telle une bouteille dans la mer!

Bref, si je dis qu'il faille faire la lecture composée d'une copie d'élève pour en donner le corrigé, on va lire cette phrase pour l'oublier en attendant que cela vienne d'un didacticien étranger pour qu'enfin dire voilà une idée extraordinaire, comme c'est le cas pour l'APC et la PI!!!

Si je dis 70% des examens proposés dans le régional sont un fiasco ....

Cordialement!





 Réponse N°22 5011

re
  Par   marocagreg  (Adminle 18-06-10 à 21:43

salut M. Chahid, je m'excuse si j'étais un peu goujat avec vous. En fait, il y a quelques expressions qui m'énervent un peu comme celle des "pauvres élèves" qui représente les élèves comme des persécutés et comme des victimes sacrificielles d'un système complètement pourri : à mon avis le rapport entre élèves, professeurs et administration ne doit pas s'inscrire dans un registre pathétique et doit se détacher le plus possible de l'émotionnel pour s'inscrire dans un cadre rationnel gouverné par des règles bien précises. Juger ce n'est pas seulement dire ce qui ne va pas, mais aussi ce qui va avec le plus d'objectivité possible en tenant compte que, souvent plusieurs interprétations sont possibles.

Je ne dis pas que cet examen est parfait : il y a des problèmes qui ont été soulignés, mais si on dit que tout est faux, que cet examen n'a aucune vertu, que le but est d'écraser le pauvre élève, là on tombe encore une fois dans les préjugés, le subjectif, l'émotionnel et l'irrationnel. on diabolise celui qui a proposé cette épreuve ou on le considère comme un crétin.

A propos, quand je vous ai demandé d'envoyer un rapport, ce n'étais pas une ironie de ma part, car c'est la procédure qu'on doit normalement suivre si on rencontre ce genre de problèmes. La différence des points de vue n'a jamais été un handicap pour les habitués de marocagreg. Moi et M. Idoubiya, on a souvent eu des différences de points de vue et d'interprétations, cela ne nous empêche pas d'être les meilleurs amis du monde, du moins j'espère :-) (j'attends toujours des réactions par rapports à mes dernières remarques ex : Créon est-il un lâche ou un fin manipulateur ? La foule est-elle une meute (marionnette) que le roi dirige ou est-elle vraiment une puissance politique réelle ? Créon est-il réellement un adepte de la Raison (raison d'Etat) qui doit tragiquement entrer en conflit avec les adeptes du Coeur ?

le but de la publication de ces examens c'était justement de déclencher ce genre de discussions fructueuses, et ce n'est pas en ayant toujours les mêmes points de vue qu'on avancera forcément.

merci à tous.




 Réponse N°23 5012

rôle du guide de la correction
  Par   marocagreg  (Adminle 18-06-10 à 22:00

je crois que le guide de l'opération de correction élaboré par le ministère

http://www.marocagreg.com/forum/sujet-examens-regionaux-session-juin-2010-4726.html

visait justement à éviter ce genre de problème. Si dans chaque centre de correction, on se réunit au début pour lire l'épreuve, se mettre d'accord sur les réponses et les critères de correction, on réduira forcément les écarts et parviendra à corriger les lacunes des épreuves.

Mais faire passer 200 copies ou plus en 2 ou 3 heures ne signifierait pas qu'on va faire attention à toute ces subtilités. on va corriger à l'aveuglette sans même vérifier la validité des réponses officielles.




 Réponse N°24 5015

dédramatisons!
  Par   kasbaoui abdelaziz  (Autrele 18-06-10 à 23:30

l'épreuve de Souss Massa Draa:

1. il s'agit d'un texte à dominante narrative. il n'y a pas de doute la dessus. Insister sur la dimension descriptive du passage aurait été une analyse orientée et forcée.

2. l'emploi des termes appartenant au jargon linguistique, narratologique, .. pose vraiment un grand problème. le cadre référentiel recommande de ne pas les utiliser. là dessus également utiliser des monstres moliéresques (DI Libre, discours, ...) nuirait à la qualité d'une épreuve.I

3. les deux questions qui se rapportent à la réaction des élèves vis-à-vis du texte ou d'un phénomène culturel, ... ne peuvent être prédites. il pourrait y avoir autant de réponses que de candidats. Cette première expérience est à améliorer en tout cas.

4. Le correcteur est un enseignant qui maitrise bien son métier dont l'évaluation et la docimologie, qui est responsable, qui a du bon sens, qui connait mieux que quiconque la réalité, qui est un homme de confiance.... Le réduire au statut de simple exécutant nuirait à la communication docimologique. En tout cas, évaluer des items fermés est sans ambiguïté, évaluer des items ouverts posera problème quand bien même l'épreuve serait "bien" ficelée.

5. Un examen est le résultat d'un processus. Quand les préliminaires sont défectueux, les conclusions ne seront qu'approximatives. Une vision globale qui repenserait l'action pédagogique dans ses dimensions curiculaire, docimologique,cognitives, etc est, à mon sens, la meilleure entrée pour résoudre ces problèmes.

.

6. la formule correcte est : relevez DANS le texte/ Dans le paragraphe, ..(relevez Du texte serait une traduction littérale de l'arabe)

Cordialement




 Réponse N°25 5016

Les vieux savoirs persistent et signent...
  Par   Idoubiya Rachid  (Profle 19-06-10 à 00:10



Salut M. kasbaoui abdelaziz

Pour ne vous répondre qu'à une seule question: celle relative à la typologie textuelle...

Voilà un extrait de voltaire:

- S'agit-il d'un passage: A- narratif B- descriptif C- argumentatif D- un cocktail de types de textes: un texte mixte...

Un homme optimiste

Candide, chassé du paradis terrestre, marcha longtemps sans savoir où, pleurant, levant les yeux au ciel, les tournant souvent vers le plus beau des châteaux qui renfermait la plus belle des baronnettes ; il se coucha sans souper au milieu des champs entre deux sillons ; la neige tombait à gros flocons. Candide, tout transi, se traîna le lendemain vers la ville voisine, qui s'appelle Valdberghoff-trarbk-dikdorff, n'ayant point d'argent, mourant de faim et de lassitude. Il s'arrêta tristement à la porte d'un cabaret. Deux hommes habillés de bleu le remarquèrent : « Camarade, dit l'un, voilà un jeune homme très bien fait, et qui a la taille requise. » Ils s'avancèrent vers Candide et le prièrent à dîner très civilement. « Messieurs, leur dit Candide avec une modestie charmante, vous me faites beaucoup d'honneur, mais je n'ai pas de quoi payer mon écot. -- Ah ! monsieur, lui dit un des bleus, les personnes de votre figure et de votre mérite ne payent jamais rien : n'avez-vous pas cinq pieds cinq pouces de haut ? -- Oui, messieurs, c'est ma taille, dit-il en faisant la révérence. -- Ah ! monsieur, mettez-vous à table ; non seulement nous vous défrayerons, mais nous ne souffrirons jamais qu'un homme comme vous manque d'argent ; les hommes ne sont faits que pour se secourir les uns les autres. -- Vous avez raison, dit Candide : c'est ce que M. Pangloss m'a toujours dit, et je vois bien que tout est au mieux. » On le prie d'accepter quelques écus, il les prend et veut faire son billet ; on n'en veut point, on se met à table : « N'aimez-vous pas tendrement ?... -- Oh ! oui, répondit-il, j'aime tendrement Mlle Cunégonde. -- Non, dit l'un de ces messieurs, nous vous demandons si vous n'aimez pas tendrement le roi des Bulgares. -- Point du tout, dit-il, car je ne l'ai jamais vu. -- Comment ! c'est le plus charmant des rois, et il faut boire à sa santé. -- Oh ! très volontiers, messieurs » ; et il boit. « C'en est assez, lui dit-on, vous voilà l'appui, le soutien, le défenseur, le héros des Bulgares ; votre fortune est faite, et votre gloire est assurée. » On lui met sur-le-champ les fers aux pieds, et on le mène au régiment. On le fait tourner à droite, à gauche, hausser la baguette, remettre la baguette, coucher en joue, tirer, doubler le pas, et on lui donne trente coups de bâton ; le lendemain il fait l'exercice un peu moins mal, et il ne reçoit que vingt coups ; le surlendemain on ne lui en donne que dix, et il est regardé par ses camarades comme un prodige.

Voltaire, Candide, 1756

- Réponse:

7- A quel type de texte appartiens cet extrait ?

- On rencontre beaucoup cette question dans nos « évaluations ». Mais que voudrions-nous dire par «cela » ?

- Un texte ne contient pas un seul type de texte, mais plusieurs ! Cela s’appelle un texte « mixte ». Dans notre texte, on a quatre types de texte !

a- Une « séquence » descriptive où le narrateur décrit les sentiments de solitude et l’état de froid et de faim dont souffre Candide : « Candide, chassé du paradis terrestre, marcha longtemps sans savoir où, pleurant, levant les yeux au ciel, les tournant souvent vers le plus beau des châteaux qui renfermait la plus belle des baronnettes ; il se coucha sans souper au milieu des champs entre deux sillons ; la neige tombait à gros flocons. Candide, tout transi, se traîna le lendemain vers la ville voisine, qui s'appelle Valdberghoff-trarbk-dikdorff, n'ayant point d'argent, mourant de faim et de lassitude. Il s'arrêta tristement à la porte d'un cabaret. » : Ici, malgré l’utilisation du passé simple, cet extrait est foncièrement descriptif ! Même si le narrateur fait semblant d’accélérer les actions : « Candide, chassé du paradis terrestre, « marcha »… », il fait suivre le verbe d’action par un adverbe de temps qui marque la durée ! : « longtemps »… La description porte sur les sentiments d’un Candide chassé du « paradis terrestre » de T-t-T qu’il idéalise : il lance des retours en arrière par un œil implorant le Ciel : « levant les yeux au ciel, les tournant souvent vers le plus beau des châteaux… ». Ce châtiment est horrible, il devient celui de l’humanité toute entière : celle d’Eve et d’Adam…Candide perd un lieu, celui de son éducation et une bien aimée, celle qui a causé son expulsion…D’ailleurs le chiasme avec hyperbole dont fait usage Voltaire est révélateur : « le plus « beau » des « châteaux » qui renfermait la plus « belle » des « baronnettes »…Le lieu qu’il visite est étrange « Valdberghoff-trarbk-dikdorff,… », il symbolise le dépaysement et l’éloignement. Il y accède cherchant du secours, après avoir subi le froid et la grande fatigue : « la neige tombait à gros flocons. Candide, tout transi, se traîna le lendemain vers la ville voisine. » Cela fait penser au texte célèbre de Jean de La Fontaine…

« Le Villageois et le Serpent »

Esope conte qu'un Manant,

Charitable autant que peu sage,

Un jour d'Hiver se promenant

A l'entour de son héritage,

Aperçut un Serpent sur la neige étendu,

« Transi, gelé, perclus, immobile rendu,

N'ayant pas à vivre un quart d'heure. »

Le Villageois le prend, l'emporte en sa demeure,

Et sans considérer quel sera le loyer

D'une action de ce mérite,

Il l'étend le long du foyer,

Le réchauffe, le ressuscite.

Donc, derrière un texte qui accélère les événements, il y’ a toute une description qui révèle les sentiments de solitude et de désolation dont souffre Candide : un verbe qui accélère : « s’arrêta », et un adverbe qui ralentit ! : « Tristement »…

Voilà donc un texte descriptif par excellence, sous l’égide de l’utilisation du passé simple !

b- Une « séquence dialogale », avec des dialogues de sourds entre Candide et les deux étrangers « Deux hommes habillés de bleu… », qui cherchent à le manipuler pour le contraindre à rejoindre l’armée des Bulgares : « votre fortune est faite, et votre gloire est assurée. » On lui « met sur-le-champ les fers aux pieds, et on le mène au régiment. »

C- Une « séquence argumentative », avec les faux arguments donnés par les deux recruteurs :

1- « les personnes de votre figure et de votre mérite ne payent jamais rien : n'avez-vous pas cinq pieds cinq pouces de haut ? Introduits par la question rhétorique…

2-« …nous ne souffrirons jamais qu'un homme comme vous manque d'argent..3 ; Introduits par la comparaison…

3- « …les hommes ne sont faits que pour se secourir les uns les autres. » Par le présent de vérité générale, pour donner de l’argument une portée universelle…

4- « …vous voilà l'appui, le soutien, le défenseur, le héros des Bulgares ;… » Par une gradation comme figure d’amplification…

Pour finir, disant que si l’on cherche le type narratif, il figure dans tout le texte, mais il serait tellement naïf de s’arrêter là en croyant qu’il suffit pour l’élève de dire qu’il s’agit d’un texte : narratif qu’il a intégré cette notion…

Propositions possibles : (questions portant sur la typologie textuelle : enchainement logique de plusieurs questions qui aboutissent à quelque chose de concret…)

1- a- Quels sont les deux temps dominant dans le passage qui va de : « Candide, chassé du paradis terrestre, (…) Il s'arrêta tristement à la porte d'un cabaret. » b- Quel est le temps qui accélère les actions de Candide ? c- Quel est celui qui décrit les sentiments de Candide ? c- Relevez un adverbe de temps. Ralentisse-t-il ou accélère-t-il les événements ?

2- a- Relevez deux passages au discours direct. b- Qui pose les questions ? c- Qui donne les réponses ? d- Y’a-t-il un vrai dialogue entre les personnages ? Justifiez votre réponse…

3- a- Quels arguments les « deux hommes » donnent-ils à Candide pour le convaincre à aimer le « roi des Bulgares » ? b- Ils ont fini par : A- l’aider B- lui prendre sa liberté C- lui donner leur amitié. Choisissez et justifiez votre réponse…

* Il faut bien réfléchir donc avant de poser une question d’apparence simple, mais combien complexe !

De quel type de texte s’agit-il dans ce passage ne veut absolument rien dire ! Il suffit de jeter un coup d’œil dans les nouveaux examens du brevet en France pour ne voir JAMAIS cette question dans leurs annales !

Voilà donc la réflexion faite il y 'a quelque mois autour de la typologie textuelle...

Voir: http://www.marocagreg.com/forum/sujet-un-puzzle-d-evaluations-ou-comment-perfectionner-son-acte-d-evaluer-2454.html

NB- Pour le jargon métalinguistique, il est très important: comment élaborer une lecture méthodique si l'élève ne maîtrise pas ce langage?

NB- A marocagreg on ne "dramatise" pas, mais on réfléchit en apprenant les uns des autres...Donc cher collègue soyez sûr que toute intervention est un PLUS pour le site.

Soyez donc le bienvenue.

Cordialement.




 Réponse N°26 5018

tout est relatif!
  Par   kasbaoui abdelaziz  (Autrele 19-06-10 à 00:41

salut M. Idoubiya

la typologie textuelle étant problématique, j'ai utilisé le mot DOMINANTE. il est vrai qu'il existe plusieurs critères pour procéder à une classification qui pourrait couvrir un aspect pour en dénuder un autre. Certains pourraient voir la fable comme un texte narratif à partir d'indices textuels et formels, d'autres y verraient la manifestation pure et simple de l'argumentation, certains diront que la narration est au service de l'argumentation, etc.

c'est la preuve qu'il faut relativiser les jugements et les positions. il ne s'agit nullement de vieux ou de récents savoirs, mais de quel point de vue on se situe( linguistique, énonciatif, pragmatique, ..)

cordialement





 Réponse N°27 5020

corrigédes epreuves un débat qui ne date pas d'hier
  Par   daki mohamed  (CSle 19-06-10 à 02:00

en effet comme l'avait déja signalé un collegue dans ce forum ces épreuves ont toujours suscité des réactions de la part des enseignants et le elles feront tjs .Seulement parfois on s'en prend aux concepteurs gratuitement ou pour des raisons qui n'ont rien àvoir ni avec la pédagogie ni ladidactique non plus mais plutot personnelle .Heureusement que c'est rarement le cas.Amon avis' voila le problème c'est que tout d'abord les profils des enseignants ne sont pas les memes et de meme que ceux de leurs eleves ne doivent pas l'etre . La preuve c'est que dans lesréunions pédagogiques on se metrarement d'accord et il ya toujours des mais et des objections:une question peut etre pôsée de diff'rentes manières .S'ajoutent à cela que le nouveau programme participe de cet ecart entre les enseignants chacun favorise un genre d'activités au dépens d'autres .

cet ecart vient parfois aussi du niveau des eleves qui vous dictent des contenus plutot que d'autres

mais il ya aussi surtout le manque de coordination entre les enseignants

en gros comme le disaitMmarocagreg la souplesse doit etre de regle et certains concepteurs en sont conscients c'est pourquoi ils ne cessent de le répéter

a mon avis ce sont les gens qui travaillent en classe qui sont les plus hbilitées à concevoir des epreuves vu qu(ils en contact direct avec les eleves et peuvent se mettre dans la peau de ces derniers

toutefois la question reste posée avec toute son acuité .et je crois qu'il faut normaliser la correction ou bien procéder à une correction collective à la chaine ainsi on pourrait réduire la marge de différence.je ne cesse de le dire a me"s collègues que cela et obligatoire parceque ca engage l'avenir le sort de l'elève .D'ailleurs ce problème est vraiment peu de chose par rapport à un autre problème vraiment flagrant celui de la triche .





 Réponse N°28 5022

Où est la scandal?
  Par   Mohamed ES SBAI  (Profle 19-06-10 à 14:15

Je ne vois pas de scandale!




 Réponse N°29 5175

Examen qualifié de scandale
  Par   SBAITI HASSANE  (CSle 23-06-10 à 00:17



Personnellement j'ai bien apprécié le questionnaire. Pour la première fois on pose des questions relativement pertinentes qui englobent le texte et permettent sa compréhension. En second lieu, les questions font appel à l'intelligence et à l'acquis des élèves. Néanmoins, l'innovation ne manque jamais de lacunes.

5) Quel est le sentiment exprimé dans les didascalies relatives à Hémon ?

En fait, en examinant ces didascalies, qu'on ne peut d'ailleurs décontextualiser, on se rend compte qu'on n'est pas face à à un seul sentiment "la colère" : on y sent également la haine, le désespoir, la tristesse, la déception. Aussi fallait-il formuler la question autrement.

6) Créon refuse ce que lui demande Hémon en justifiant ses propos par des arguments. Citez-en deux.

On lit dans le corrigé ceci :

"6- Elle a parlé maintenant. Tout Thèbes sait ce qu'elle a fait."

0.5 pt 0.5 pt

Ce qui signifie qu'on est devant deux arguments alors qu'en fait, il ne s'agit que d'un seul puisqu'il n'y a qu'une seule idée : l'ébruitement de la nouvelle !

7) En faveur de quel personnage intervient le chœur ? Que propose-t-il ?

"7- Il intervient en faveur d'Antigone. 0.5 pt"

Et d'Hémon aussi !!

8) « La foule … hurle autour du palais » : identifiez la figure de style utilisée dans cet énoncé. Quel en est l’effet recherché ?

"8- Il s'agit d'une métaphore 0.5 pt Souligner le cri fort de la foule 0.5 pt "

L'explication donnée pour cette figure de style tend plus vers l'hyperbole que la métaphore! Mais cela n'empêche pas pour autant de parler de métaphore puisqu'il y a une comparaison implicite entre le peuple et des bêtes sauvages autour d'une proie !

9) Quel registre de langue domine dans le texte ? Relevez dans le passage « Elle a parlé…la faire fuir demain » une phrase qui le justifie.

Alors là, c'est la confusion totale ! La notion de "registre" suivie du mot "langue" signifie tout simplement niveau de langue. Il fallait parler de registre de texte, de passage, de scène ou tout simplement de TONALITE!

10) Dans cette scène, comment trouvez-vous le personnage de Créon ?

"10- Un personnage intransigeant (qui ne revient pas sur ses paroles) 1 pt

(accepter toute réponse allant dans ce sens)"

Il s'agit d'une question portant sur un point de vue personnel et libre. Alors pourquoi ce "allant dans ce sens"?

Production écrite : (10 pts)

Sujet : Comme beaucoup de jeunes, il vous est arrivé de contester (ne pas accepter) la décision d’un adulte. Racontez cette expérience et exprimez votre point de vue sur le rapport entre les jeunes et les adultes.

Ce sujet donne à réfléchir. Qu'attend-on de l'élève ? Un texte narratif suivi d'un commentaire sipmle? Un texte argumentatif à raisonnement déductif allant d'une experience vécue vers une généralité ?




 Réponse N°30 5181

Discours contradictoire?!...
  Par   Idoubiya Rachid  (Profle 23-06-10 à 09:34

Salut,SBAITI HASSANE,

A la lecture de votre intervention, j'ai remarqué plusieurs contradictions dans votre discours! Vous avez écrit: "Personnellement j'ai bien apprécié le questionnaire. " Ça, c'est positif! Mais juste après, vous avez écrit: " (Pour la première fois) on pose des questions (relativement) pertinentes qui englobent le texte et permettent sa compréhension." Ça, c'est négatif! Est-ce que c'est pour "la première fois qu'on pose des questions" + "relativement" pertinentes?!

"En second lieu, les questions font appel à l'intelligence et à l'acquis des élèves. ( Néanmoins, l'innovation ne manque (jamais) de lacunes.)"

- Est-ce que toute innovation ne manque (jamais) de lacune!?

Et puis vous avez commencé à faire une lecture critique très détaillée du dit EXAMEN! En mettant à plat les items: 5, 6, 7, 8, 9, 10, c'est-à-dire toutes les questions repérées par les collègues et discutées!

Qu'est-ce que cela veut dire en fin de compte? S'agit-il d'ironie de votre part? Ou d'une forme de diplomatie ou autres choses?

En tout cas, je vous félicite pour les remarques avancées: elles sont pertinentes!

CAR: pour la question 5: Hémon a exprimer plusieurs sentiments allant de la peur au colère en passant par le doute, le désespoir et la déception! MAIS, la note fut donnée au seul sentiment de "colère"!

CAR: pour la question 6 oui, un seul argument est donné comme élément de réponse, alors qu'il y'a beaucoup d'autre dans le texte en question!

CAR: pour la question 7 le chœur intervient en faveur d'Antigone. 0.5 pt" Et d'Hémon aussi !!

CAR: pour la question 8 la figure de style ici souligne l'hyperbole plus que la métaphore! Oui car la justification va dans ce SENS!

Lorsqu'on dit à quelqu'un: "arrêtez de hurler comme ça!", on lui dit implicitement arrêtez de crier comme un animal! Dans ce contexte, il s'agit bel et bien d'une métaphore et non d'hyperbole! Eh oui cher collègue, les figures de styles, c' est aussi une question de contexte!

CAR: pour la question 9 Quel registre de langue alors qu'il s'agit de registre littéraire, cette question montre entre autre que la commission - si elle existe vraiment- ne connaît aucunement la différence entre registre de langue et registre littéraire!

CAR: pour la question 10 réponse allant dans sens! Je suis tout à fait d'accord!

Six remarques que vous formulez à propos d'un seul et unique examen! C'est un record pour un "questionnaire" que vous appréciez!

Cordialement.




 Réponse N°31 5200

Objectivité ne signifie guère contradictions !
  Par   SBAITI HASSANE  (CSle 23-06-10 à 19:00

Salut cher collègue Idoubiya Rachid

J'ai apprécié l'épreuve de français pour la progression palpable et réflechie de son questionnaire. Avant, on posait des questions décousues, sans liens logiques entre elles voire débiles et qui, même en y répondant avec brio, elles ne font nullement cas d'une évaluation crédible et rationnelle. J'ai apprécié le questionnaire car, en réunissant toutes les réponses possibles, on aboutit sûrement à une idée claire sur le passage et son enjeu.

Quant aux lacunes soulignées précédemment, elles ne se situent pas au niveau des questions en soi, mais touchent leur formulation. Comment ? Faisons une petite expérience. Reformulons ces mêmes questions autrement.

Q5. Dégagez un sentiment des .........

Q7. En faveur de qui intervient .......

Q9. Quelle est la tonalité dominante ( registre littéraire) dans ..........

Pour ce qui est da la figure de style, vous conviendrez sûrement, cher collègue, que ces appélations ne sont qu'une classification académique qui n'est pas infaillible! La preuve c'est qu'aussi bien les "partisans" de la métaphore que ceux de l'hyperbole, tout le monde y trouve son compte! C'est l'explication qu'on leur donne qui justifie le choix de telle ou telle figure! Et l'explication est tributaire d'une bonne interprétation qui ne peut être telle sans recours au contexte. Le reste des questions touchent plus le corrigé officiel que le questionnaire en soi.

Ce qu'on a vu comme contradictions n'est en fait que l'expression d'un jugement modéré, objectif et nuancé porté sur un sujet soumis à la discussion. Car, accepter tout ou condamner tout en bloc relève de l'extrémisme.

Examinons maintenant, cher collègue, quelques réponses proposées par vous.

Vous dites ceci :

(" 8) « La foule … hurle autour du palais » :

La figure de style utilisée dans cet énoncé: il s'agit d'une hyperbole. L’effet recherché: on cherche à animaliser la foule qui devient avide de sang. )

"Animaliser" c'est prendre pour un animal, comparer implicitement la foule à des bêtes. L'explication est valable plus pour la métaphore que pour l'hyperbole !

Puis, vous ajoutez ceci :

("9) Le registre de langue dominant dans le texte: il s'agit d'un registre familier: un fils parlant à son père: "Je ne peux pas."/ " ?

Un passage qui la justifie: " Est-ce qu'on ne peut pas gagner du temps")

Les interlocuteurs, à eux seuls, ne déterminent pas le niveau de langue : père et fils peuvent tenir un langage soutenu ! Puis franchement, les exemples cités ci-dessus appartiennent au niveau courant et non familier! Passons.

( "10) Dans cette scène, le personnage de Créon apparaît comme un être faible et n'a pas le courage de prendre une décision en faveur de son fils, d'Antigone et du Chœur...et d'affronter son peuple: " La foule sait déjà, elle hurle autour du palais. je ne peux pas."/ "C'est un être faible: "Je suis obligé de la faire mourir."/ " Je ne peux pas."/ "je ne peux pas.")

D'abord, il faut souligner que Créon est un personnage à double dimension. Il y a Créon l'humain, le père, l'oncle et Créon le roi. Le premier agit avec ses sentiments et son affectivité et c'est ce même Créon qui a essayé de sauver Antigone au début. Mais dès que l'affaire s'est ébruitée, il a cessé d'être 'humain" pour se transformer en une instance politique qui pense et agit RAISON D'ETAT. Autrement dit, quand le personnel se mèle au politique c'est le second qui prend toujours le dessus. Dans ce passage, les supplications et les excuses émanent de Créon le père alors que le refus de céder émane du chef d'Etat qui place les intérêts du pays au dessus de toute autre considération ! Il sacrifie sa famille pour le bien du collectif ! N'est-ce pas là la preuve d'un grand COURAGE et force de caractère? (Voir à ce propos le Prologue et surtout la tirade contenant la métaphore filée du bateau sur le point de faire naufrage!)

Cordialement.





 Réponse N°32 5218

bravo chers collègues
  Par   aftais said  (Profle 24-06-10 à 01:10

vraiment bravo à tous les collègues!! ce soit-disons "scandale" a sucité tant de réactions, d'analyses et de commentaires, ça c'est bien!!!

mais moi, je veux m'arrêter surtout sur la qualité du questionnaire. ces" académiciens" qui reçoivent les propositions des collègues 2 mois avant ou plus, avec tant de réunions et concertations...etc; ma foi ne peuvent-ils pas bien confectionner une épreuve sans amalgames ni confusions? aussi, de toutes les propositions n'y at-il pas une au minimum qui répond au critère de lucidité, clarté et pertinence?

n'oubliant pas que les commissions d'examen ont des subventions aussi importantes qu'elles doivent produire une épreuve raisonable et surtout qui ne sucite pas tant de contestations.

pour ce qui est du questionnaire, j'approuve les propositions faites par notre cher collègue Idoubiya Rachid; que je salue ainsi que tous les collègues qui ont participer à ce forum.




 Réponse N°33 5219

Le contexte et autre chose...
  Par   Idoubiya Rachid  (Profle 24-06-10 à 01:14

Salut cher collègue SBAITI HASSANE,

Oui, je suis d'accord avec vous sur plusieurs points:

D'un côté, pour que l'examen ait un SENS, il faut impérativement que le texte et le questionnaire possèdent une unité de sens. Dans cet examen, la chose est réussie.

D'un autre côté, il y'a un enchaînement logique des questions qui ont un rapport les unes les autres. Cela permet d'aboutir à quelque chose de concret. Ce qui est regrettable dans ce sens, c'est qu'en France, par exemple, qui a introduit la notion de lecture méthodique/analytique, a en même temps introduit la notion d'axes de lecture au niveau de ses examens: il suffit de voir les examens niveau Brevet, via le net pour constater ce changement capital...

De plus, la notion d'animalisation véhiculée par la métaphore/hyperbole, C'est toujours comme vous venez de le dire vous même une question de contexte et d'interprétation, qu'il n'est pas nécessaire d'être une et unique: elle suffit de la justifier, via un raisonnement fondé sur des indices pertinents pour être valable...

Sans oublier que La notion correcte de Raison d'État qui prime sur les rapports humains!

Cela n'empêche pas que deux choses sont la philosophie même d'Antigone: la notion de démesure: Antigone n'agit pas par respect familial mais par excès et passion. Créon n'agit pas par raison d'État ( ce qu'il laisse entendre) mais par démesure lui aussi: c'est pour cela qu'on parle de personnages tragiques: Antigone agit par égoïsme au même titre que Créon qui est motivé par son avidité de pouvoir et d'autorité.

Maintenant, la chose qui nous converge tous: la façon de formuler les questions/ leur précision et le manque de concordance entre ces même questions et les réponses données...Ce qui fausse la Validité d'examen...

A pars la difficulté de poser les items, il faut un travail de font pour que le système d'évaluation soit encore perfectionné pour le mieux de tous...

Cordialement.

Je suis heureux de faire cet échange constructif.




 Réponse N°34 5242

LE CONTEXTE ET ... LE TEXTE !
  Par   SBAITI HASSANE  (CSle 24-06-10 à 14:42

Salut cher collègue Idoubiya Rachid

Ravi d'avoir enfin trouvé un terrain d'entente! Mais quand vous dites que "Créon n'agit pas par raison d'État ( ce qu'il laisse entendre ) [ j'aimerais bien savoir où et comment !] mais par démesure lui aussi" et qu'il "est motivé par son avidité de pouvoir et d'autorité", vous parlez sûrement de Créon de Sophocle !





 Réponse N°35 5244

Créon de Sophocle ! Puis celui d'Anouilh!
  Par   Idoubiya Rachid  (Profle 24-06-10 à 18:19

Salut, cher SBAITI HASSANE

Que ce soit pour sophocle ou pour Anouilh, le but est le même! Nous sommes à la veille de la deuxième guerre mondiale, qui est elle-même une TRAGÉDIE.

C'est dans Antigone de sophocle qu'on trouve un Créon cruel est intransigeant...( Il suffit de relire des passages éloquents dans ce sens...)

Pour Créon d'Antigone d'Anouilh, c'est un Créon Moderne avec d'autres façons de faire: le peuple n'est pas celui qu'on mâte et qu'on soumet par une autorité de feu et de fer...

Le point de départ entre les deux personnages tragiques: Antigone et Créon est celui du DEVOIR: devoir pour sa famille, pour la première et devoir pour son peuple, pour le second.

Mais qui dit devoir, dit soumission, et désintéressement!

Or les deux personnages agissent par pure intérêt personnel: pour la première ( Antigone), elle agit par pur orgueil, en faisant un trait sur les deux êtres qui lui sont chers: Ismène sa sœur et Hémon son fiancé, qui est lui même un personnage tragique: au lieu de demander la main de cette dernière, il préfère celui d'Antigone par démesure! Alors qu'il sait pertinemment qu'ils diffèrent tous les deux de caractère: lui qui a vécu la vie des palais et elle qui a vécu la vie de l'errance avec son père Œdipe...

Antigone est donc démesurée, ainsi qu'Hémon et Créon!

Le but commun de Sophocle et d'Anouilh est de dénoncer cette démesure, qui cause des tragédies comme celle de la deuxième guerre mondiale...

C'est ce qu'on appelle la catharsis en langage théâtral: la purification des passions...

Il ne faut pas agir par passion, par démesure mais par raison, par modération car dernière les motifs les plus généreux, il y 'a toujours / s'y cachent des mobiles personnels intéressés...A punir!

Cordialement.

Je suis heureux de faire cet échange constructif.




 Réponse N°36 5252

Entre Destin et Histoire
  Par   SBAITI HASSANE  (CSle 25-06-10 à 00:01



Salut.

La notion de la démesure ou "hybris" ne peut être dissociée du religieux. Elle renvoie à cette humaine d'aller au delà de ce qui est prescrit dans la partition destinale. C'est un dépassement des limites dont le châtiment inévitable incombe aux dieux. Or, contrairement à l'oeuvre de Sophocle où les divinités décident toujours du sort des hommes qu'elles écrasent sous le poids de la fatalité, Jean Anouilh, lui, les a écartées du conflit et les réduisant même à un instrument aux mains de Créon qui s'en sert pour des fins purement politiques. Là nous touchons l'une des différences fondamentales entre les deux écrits. La lutte cesse d'être verticale pour se situer à l'horizental, entre les hommes eux-mêmes. Le religieux est au service du politique. "La fatalité" et "le destin" cèdent la place à la nécessité Historique. Je vous invite à considérer ces passages très révélateurs à cet égard :

CREON __ ... Mais pour que les brutes que je gouverne comprennent, il faut que cela pue le cadavre de Polynice dans toute la ville, pendant un mois.

ANTIGONE __ Vous êtes odieux !

CREON __ Oui mon petit. C'est le métier qui le veut. Ce qu'on peut discuter c'est s'il faut le faire ou ne pas le faire. Mais si on le fait, il faut le faire comme cela.

ANTIGONE __ Pourquoi le faites-vous ?

CREON __ Un matin, je me suis réveillé roi de Thèbes. Et Dieu sait si j'aimais autre chose dans la vie que d'être puissant...

ANTIGONE __ Il fallait dire non, alors !

CREON __ Je le pouvais. Seulement, je me suis senti tout d'un coup comme un ouvrier qui refusait un ouvrage. Cela ne m'a pas paru honnête. J'ai dit oui.

-------------------------------------------------------------------

CREON __ Et tu risques la mort maintenant parce que j'ai refusé à ton frère ce passeport dérisoire, ce bredouillage en série sur sa dépouille, cette pantomime dont tu aurais été la première à avoir honte et mal si on l'avait jouée. C'est absurde !

ANTIGONE __ Oui, c'est absurde.

Cordialement.





 Réponse N°37 5256

La notion de la démesure ou "hybris" ne peut être dissociée du religieux.
  Par   Idoubiya Rachid  (Profle 25-06-10 à 01:11



Salut,

La démesure n'est pas à dissocier de la responsabilité qui incombe à ceux qui prennent des décisions irresponsables! Certes, dans Antigone de Sophocle, la dimension religieuse est celle qui envahit toute la tragédie. D'ailleurs, dans cet esprit, toute décision est décidée d'avance! Les personnages sont les marionnettes du destin: de la fatalité!

Mais dans Antigone d'Anouilh, la chose diffère complétement: comme vous le dite: d'un conflit vertical, il devient horizontal! C'est la dimension humaine de prise de décision qui est punie ici! La tragédie/les tragédies proviennent des décisions faites par les Hommes contre les Homme! La fatalité qui condamne d'avance en traçant le chemin à parcourir n'est pas la préoccupation d'Anouilh, qui veut mettre l'Homme devant:face à ces responsabilités politiques et ces choix délibérés!

Le châtiment ne peut être que logique dans le sens où ce n'est pas une punition divine, mais celle des Hommes envers les Hommes...

Donc, à première vue, Créon semble manipuler, détenir les fils conducteurs, mais non! Lui aussi, pour puissant qu'il soit, il a un prix à payer: un fils et une femme! Ainsi en est-il pour tout dictateur qui se croit au dessus des lois et qui se croit exempt de toutes punitions...

Cordialement.





 Réponse N°38 5276

La morale s'arrête là où commence la politique
  Par   SBAITI HASSANE  (CSle 25-06-10 à 20:35

En fait, contrairement à ce qu’on a tendance à croire, le personnage de Créon ne donne pas l’image d’un dictateur et encore moins d’un chef d’Etat « qui se croit au dessus des lois » ! Le texte ne fournit aucun indice susceptible d’étayer cette thèse relevant plus de l’impressionnisme que d’un examen plus ou moins approfondi.

Le parcours existentiel de ce personnage tracé tout au long de la tragédie nous met face à un être qui, menant une vie d’insouciance et de liberté « négative », se trouve du jour au lendemain devant une Situation (dans le sens sartrien) où il doit faire un Choix , déterminant pour son existence. Une fois fait, ce choix implique Engagement et Responsabilité, ne souffre pas le Remords.

La mort d’Œdipe et de ses deux fils a entrainé un vide politique dans le pays qui allait inévitablement le conduire à sa perte. Créon s’est alors trouvé devant le premier dilemme de sa vie : rester à l’écart et continuer à jouir du bonheur que lui offre la vie tout en laissant sombrer le pays dans le chaos OU s’impliquer en prenant le pouvoir. « Il a laissé ses livres, ses objets, il a retroussé ses manches, et il a pris leur place. » Le Choix est consommé. Mais l’Engagement se réalise dans la contingence d’ « un office sordide », « une sale besogne » : l’exercice du pouvoir politique. Un monde auquel on ne peut entrer avec des gants blancs, un « drame » dont les vrais -acteurs des coulisses ont toujours « Les mains sales », « la cuisine ». Mais plus paradoxal que cela puisse paraître, cet aspect « odieux » de la politique est salvateur pour le groupe. La société est un ensemble d’individus mu chacun par des sentiments, des désirs et des passions divers et contradictoires qu’il est impossible de réconcilier , de contrôler ou de contenir. L’égoisme qui caractérise la nature humaine et l’abaisse au rang des bêtes, des « brutes » . Seule alors une puissance suprême peut venir à bout de cette hétérogénéité et la soumettre, par la force, à une organisation capable de garantir un minimum de cohabitation . C’est l’Etat. Mais on ne supplie pas les gens pour respecter la loi ! Force et violence sont nécessaires pour atteindre cet objectif. Les fins justifient les moyens. Le fameux principe inhérent à l’exercice politique. Abject certes, mais efficace et inévitable !

« Mais pour que les brutes que je gouverne comprennent, il faut que cela pue le cadavre de Polynice dans toute la ville, pendant un mois.

ANTIGONE __ Vous êtes odieux

Politique et morale ne font pas bon ménage car on « ne fait pas une bonne politique avec de bons sentiments ».

(Fin première partie)





 Réponse N°39 5278

et Créon cria gare!!
  Par   brahim el harfi  (Profle 25-06-10 à 21:29

salut tout le monde

Créon est un personnage aux multiples facettes:il révèle à Antigone qu'il ignore l'identité du cadavre qui gisait sans sépulture, il n'hésite pas à faire disparaitre les gardes pour sauver sa nièce, et partant le roi sans histoire transgresse le décret, il assiste au suicide de son fils, qui lui crache sur la figure.....





 Réponse N°40 5285

!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
  Par   SBAITI HASSANE  (CSle 26-06-10 à 00:10

!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!




 Réponse N°41 5290

Etre ou ne pas etre !
  Par   SBAITI HASSANE  (CSle 26-06-10 à 03:35

Aaaaa si brahim el harfi waaach nta ostad wala Tilmid ?!




 Réponse N°42 5293

Examen Examan Examin Examun?./§
  Par   Idoubiya Rachid  (Profle 26-06-10 à 12:57



Salut, M. SBAITI HASSANE,

Voilà une façon de présenter UN EXAMEN pour la première année du Bac.

Texte :

HEMON, entre en criant : Père !

CREON, court à lui, l'embrasse : Oublie-la, Hémon ; oublie-la, mon petit.

HEMON, Tu es fou, père. Lâche-moi.

CREON, le tient plus fort : J'ai tout essayé pour la sauver, Hémon. J'ai tout essayé, je te le jure. Elle ne

t'aime pas. Elle aurait pu vivre. Elle a préféré sa folie et la mort.

HEMON, crie, tentant de s'arracher à son étreinte : Mais, père, tu vois bien qu'ils l'emmènent ! Père, ne laisse pas ces hommes l'emmener !

CREON : Elle a parlé maintenant. Tout Thèbes sait ce qu'elle a fait. Je suis obligé de la faire mourir.

HEMON, s'arrache de ses bras : Lâche-moi !

Un silence. Ils sont l'un en face de l'autre. Ils se regardent.

LE CHOEUR, s'approche : Est-ce qu'on ne peut pas imaginer quelque chose, dire qu'elle est folle, l'enfermer?

CREON : Ils diront que ce n'est pas vrai. Que je la sauve parce qu'elle allait être la femme de mon fils. Je ne peux pas.

LE CHOEUR : Est-ce qu'on ne peut pas gagner du temps, la faire fuir demain ?

CREON : La foule sait déjà, elle hurle autour du palais. Je ne peux pas.

HEMON : Père, la foule n'est rien. Tu es le maître.

CREON : Je suis le maître avant la loi. Plus après.

HEMON : Père, je suis ton fils, tu ne peux pas me la laisser prendre.

CREON : Si, Hémon. Si, mon petit. Du courage. Antigone ne peut plus vivre. Antigone nous a déjà quittés tous.

I- Compréhension : (10p)

* Un personnage omniprésent ou les techniques dramatiques

1- 1- a- Les personnages présents sur scène sont au nombre de trois : …………………,

……………………….,…………………………… b- Ils parlent de : ………………….. (1p)

2- Faites correspondre : a = COD ; b = sujet. (1p)

A- « Oublie-la. » =

B- « Elle ne t'aime pas. » =

3- « J'ai tout essayé pour la sauver, Hémon. J'ai tout essayé, je te le jure. » Créon a tout fait pour sauver Antigone.

A- Il lui a demandé d’aller se coucher, avant de se débarrasser des gardes.

B- Il lui dit que Polynice était un traître et qu’il a frappé Œdipe son père.

C- Il lui a dit de quitter son fils Hémon pour la sauver.

Choisissez la ou les bonnes réponses. (1p)

4- « Tu es fou, père. » a- Hémon traite son père de fou parce que celui-ci veut…………………………………………… b- Hémon s’adresse à Créon en tant que : a- père B- roi. Choisissez la bonne réponse. (1p)

5- Relevez une didascalie où le père et le fils sont dans une situation de défit. (0,5p)

6- CREON : Je suis le maître avant la loi. Plus après. De quelle loi s’agit-il ? (0,5p)

A- Celle qui condamne Antigone.

B- Celle qui sauve Antigone.

C- Celle qui interdit la sépulture de Polynice. Choisissez la bonne réponse.

* Un personnage tragique : ou les figures de style

1- Créon ne peut pas sauver Antigone. Relevez une justification dite par Créon. (0,5p)

2- Répondez par vrai ou faux et justifiez votre réponse :

Le chœur demande à Créon de sauver Antigone en disant qu’elle est malade. (0,5p)

3- Remplacez les mots soulignés par des équivalent/ synonymes= par des mots du même sens. (1,5p)

« J'ai tout essayé (pour) la sauver, Hémon. »,

« ( Mais), père, tu vois bien qu'ils l'emmènent ! »,

« Que je la sauve (parce qu)'elle allait être la femme de mon fils. »

4- « Tout Thèbes sait ce qu'elle a fait. » Il s’agit : A- d’un Euphémisme B- d’une métaphore C- d’une métonymie. Choisissez la bonne réponse. (1p)

5- Faites correspondre : a- impératif présent. b- Subjonctif présent, c- indicatif présent, (1,5p)

A- « tu vois bien qu'ils l’ (emmènent) ! » =

B- « Je (suis) obligé de la faire mourir. » =

C- « Père, ne (laisse) pas ces hommes l'emmener ! » =

==============================================================================

II- Expression écrite:

Sujet : Créon condamne Antigone car elle n’a pas respecter la loi.

Êtes-vous d’accord avec lui ? Que faut-il lui dire ?

Sous forme d’un paragraphe argumentatif, structuré, donnez votre point de vue.

Utilisez les liens logiques et les connecteurs d’organisation pour présenter votre production.

+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

Correction :

* Un personnage omniprésent ou les techniques dramatiques

1- a- Les personnages présents sur scène sont au nombre de trois : Créon, Hémon, Le chœur. b- Ils parlent de : Antigone (1p)

2- Je fais correspondre : (1p)

A- « Oublie-la. » = a- COD

B- « Elle ne t'aime pas. » = b- sujet

3- « J'ai tout essayé pour la sauver, Hémon. J'ai tout essayé, je te le jure. » Créon a tout fait pour sauver Antigone.

A- Il lui a demandé d’aller se coucher, avant de se débarrasser des gardes.

B- Il lui a dit que Polynice était un traître et qu’il a frappé Œdipe son père. (1p)

4- « Tu es fou, père. » a- Hémon traite son père de fou parce que celui-ci veut condamner Antigone à mort. b- Hémon s’adresse à Créon en tant que : a- père. (1p)

5- Une didascalie où le père et le fils sont dans une situation de défit : Un silence. Ils sont l'un en face de l'autre. Ils se regardent. (0,5p)

6- CREON : Je suis le maître avant la loi. Plus après. La loi, c’est : (0,5p) C- Celle qui interdit la sépulture de Polynice.

* Un personnage tragique : ou les figures de style

1- Créon ne peut pas sauver Antigone : « Tout Thèbes sait ce qu'elle a fait. » / « Je suis le maître avant la loi. Plus après. » (0,5p)

2- Je réponds par vrai ou faux et je justifie ma réponse :

Le chœur demande à Créon de sauver Antigone en disant qu’elle est malade. Faux : « Est-ce qu'on ne peut pas imaginer quelque chose, dire qu'elle est (folle), l'enfermer? (0,5p)

3- Je remplace les mots soulignés par des équivalent/ synonymes (par des mots du même sens. (1,5p)

« J'ai tout essayé (pour) la sauver, Hémon. » = afin de

« ( Mais), père, tu vois bien qu'ils l'emmènent ! » = Pourtant

« Que je la sauve (parce qu)'elle allait être la femme de mon fils. » = car

4- « Tout Thèbes sait ce qu'elle a fait. » Il s’agit : C- d’une métonymie. (1p)

5- Je fais correspondre : (1,5p)

A- « tu vois bien qu'ils l'(emmènent) ! » = b- Subjonctif présent

B- « Je (suis) obligé de la faire mourir. » = c- indicatif présent,

C- « Père, ne (laisse) pas ces hommes l'emmener ! » = a- impératif présent.

=================================================================================

II- Expression écrite:

Sujet : Créon condamne Antigone car elle n’a pas respecté la loi.

Êtes-vous d’accord avec lui ? Que faut-il lui dire ?

Sous forme d’un paragraphe argumentatif et structuré, donnez votre point de vue.

Utilisez les liens logiques et les connecteurs d’organisation pour présenter votre production.

Cordialement!

Qu'est-ce que vous pensez Madame KERZAZI Fatiha de tout cela?




 Réponse N°43 5356

Epreuve éprouvante !
  Par   KHALFI KARIM  (CSle 27-06-10 à 23:20



Si l'épreuve de français est qualifiée de "SCANDALE", comment peut-on qualifier cette "chose" ?!!! Je pense qu'il vaut mieux se contenter du prédigéré par égard et par pitié pour nos "pauvres élèves"!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Soyons sérieux et responsables !




 Réponse N°44 5371

" se contenter du prédigéré"!!!
  Par   Idoubiya Rachid  (Profle 28-06-10 à 03:30

Aaaaa si KHALFI KARIM,

L'espace marocagreg est fait pour échanger des idées, des façons de voir et de faire les choses, non pour échanger des jugements de valeurs sans aucun fondement!

Qu'est-ce que : " ...se contenter du prédigéré"!!!? " prédigérer" est-il un verbe intelligible? Au s'agit-il de ces néologismes creux et sans valeurs!?

Comment peut-on qualifier cette "chose" ?!!! De quelle "chose" parlez-vous? Est-ce l'évaluation sommative= Examen de quoi il s'agit?

Si c'est la cas, il fallait nommer le CHAT un CHAT! Pourquoi cette pauvreté lexicale? Cette "communication" pauvre qui dit plus qu'elle ne cache?

D'ailleurs, si vous avez des remarques, Aaaaa si KHALFI KARIM, il fallait les dire et attendre des réponses de Nous, les collègues, dans le forum! C'est normal puisque c'est un espace de liberté et d'entraide, et non un espace d'échanges creux et insipides!

Ce qui est curieux dans cette situation, c'est qu'on parachute de n'importe quelle planète pour juger le travail d'Autrui, sans aucun fondement et sans aucune façon!

C'est à mon avis, plus risible que autre chose!

Donc, pour continuer à être le Idoubiya Rachid que les collègues connaissent dans marocagreg, je vous demande modestement d'envoyer vos remarques sur le travail que vous avez "critiqué" sans fondement afin que je puisse communiquer vraiment avec vous.

NB- J'ai voulu ignorer votre message car - justement pourquoi répondre à un écrit qui n'est pas UN!- Mais par vrai modestie, j'ai préféré vous répondre pour vous dire que si nous voulons que notre pays se développe un jour, il faut que nous soyons tous sérieux et responsables !

"Soyons ( donc) sérieux et responsables" !

Cordialement...

Nb- Je serais vraiment heureux, si je reçois un message de vous où vous défendriez votre point de vue avec modestie et respect, aux adhérents de marocagreg! - Au niveau bien sûr de l'examen que j'ai présenté- Car à mon SENS, c'est ça l'objectif et non quelque chose d'autre!

Mon credo: peu d'impatience peut ruiner de très grands projets!

A méditer!





 Réponse N°45 5374

le respect de l autre
  Par   brahim el harfi  (Profle 28-06-10 à 14:08

salut M Rachide madama kerzazi fatiha M jamal

Récemment des collegues répondent dans le forum avec un ton tranchant, oubliant leur statut d'enseignant censé apprendre à leurs élevés le respect de l'autre même s'il ne partage pas avec eux "nous" le même point de vue.

Ces collègues qu'on aimerait échanger avec eux dans un climat amical et chaleureux, usent d'arguments ad hominem, de sophisme et surtout de la démesure dans les mots et dans la ponctuation" !!!" comme s'il criait fort pour convaincre l'autre

Amicalement




 Réponse N°46 5377

Le projet doit être manifeste dans le questionnaire !
  Par   KHALFI KARIM  (CSle 28-06-10 à 14:59



Désolé monsieur si j’ai blessé votre égo. Ce n’était nullement mon intention.

1- 1- a- Les personnages présents sur scène sont au nombre de trois : …………………,

……………………….,…………………………… b- Ils parlent de : ………………….. (1p)

a- Quelle est la question ?!!!!!!

b- La question porte sur le "qui"? ou le "quoi" ?!!!!!

- Faites correspondre : a = COD ; b = sujet. (1p)

A- « Oublie-la. » =

B- « Elle ne t'aime pas. » =

Faites correspondre quoi à quoi ?

De plus, cette question ajoutée aux autres (3 et 5) s'avèrent équivoques, superflues et anachroniques !!!

A- « tu vois bien qu'ils l'(emmènent) ! » = b- Subjonctif présent [ Où est ce subjonctif ?!!!]

2- Répondez par vrai ou faux et justifiez votre réponse :

Le chœur demande à Créon de sauver Antigone en disant qu’elle est malade.

Qu’est-ce que vous entendez au juste par « malade » :

-indisposée physiquement pour répondre de son acte devant la foule qui réclame l’application de la loi ? !!!!

-Malade mentalement ( folle) ?!!!!!

Puis il y des questions relevant plus d'un jeu de hasard ( on se croirait dans une partie de la roulette russe!) que d'une vraie évaluation : les questions du genre "choisissez la bonne réponse"!!!! ou les quesions facilement transmissibles !!!

Enfin, à quoi rime tout ce questionnaire ? Quel en est l'ultime objectif ???

Mes respects monsieur.




 Réponse N°47 5379

"...à quoi rime tout ce questionnaire ?"
  Par   Idoubiya Rachid  (Profle 28-06-10 à 17:31

Salut M. KHALFI KARIM,

Maintenant, notre échange sera fructueux et intéressant, dans la mesure où il sera fondé sur des arguments rationnels, non sur des impressions et des jugements de valeur...

=================================================================================

Vous avez donné la remarque 1:

1- a- Les personnages présents sur scène sont au nombre de trois : …………………,

……………………….,…………………………… b- Ils parlent de : ………………….. (1p)

a- Quelle est la question ?!!!!!!

b- La question porte sur le "qui"? ou le "quoi" ?!!!!!

* Quelle est intérêt de cette question?

- L'intérêt est de voir si l'élève est capable de repérer les personnages présents sur scène et les personnages qui ne s'y trouvent pas!

En effet, bien qu'Antigone soit le personnage centre des dialogues entres les trois protagonistes, il n'en reste pas moins qu'elle accapare l'ensemble des échanges partagés par les personnages.Cela, malgré son absence!

De plus, cette question demande la capacité de repérage ( mieux que la question portant sur le para-texte= auteur, époque, genre, ...)

+ Cette question pourra être reformulée de la façons suivante:

$ a- Quels sont les personnages en présence sur scène? b- De qui parlent-ils?

La réponse:

Les personnages en présence sur scène sont: Créon, Hémon, et le chœur. Ils parlent d'Antigone.

Autre manières de présenter cette question:

* Présentez les personnages qui se trouvent sur scène et donnez-en les rapports. Comment le personnage dont ils parlent s'appelle-t-il?

Commentaire:

Pourquoi j'ai choisi de poser la question comme :

1- a- Les personnages présents sur scène sont au nombre de trois : …………………,

……………………….,…………………………… b- Ils parlent de : ………………….. (1p)

Tout simplement pour une question de COMMODITÉ

C'est-à-dire que l'examen n'est pas une évaluation formative! c'est un corpus adressé à des milliers d'élèves...

Or, les élèves ne vont pas répondre " correctement" à la question en la reformulant sous forme d'une phrase affirmative...

Pour la question telle qu'est posée, il suffit que l'élève remplisse le vide pour donner la réponse. Il ne se complique pas la vie en faisant appel à d'autres compétences: la reformulation par exemple.

+ Ceci est aussi dicté par le souci de fiabilité: l'instrument de mesure doit évaluer l'objet mesuré et rien de plus...

Ce qui est noté n'est pas la capacité à reformuler l'énoncé mais à relever les personnages!

=================================================================================

- Faites correspondre : a = COD ; b = sujet. (1p)

A- « Oublie-(la). » = ............................

B- « (Elle) ne t'aime pas. » = ..............................

Le même souci de commodité est souligné ici.

Par cette question, on cherche la capacité qu'à l'élève à reconnaître les pronom personnels dans l'intelligence du texte.

Peut-être, c'est le faite de ne pas voir les deux mots soulignés qui cause un "peu" de difficulté pour cette question:

$ Autre manière de poser la question:

A- « Oublie-(la). » , B- « (Elle) ne t'aime pas. »

a- Que remplacent pour chaque cas les pronoms personnels soulignés? b- Donner la fonction grammaticale des deux pronom.

=================================================================================

3- « J'ai tout essayé pour la sauver, Hémon. J'ai tout essayé, je te le jure. » Créon a tout fait pour sauver Antigone.

A- Il lui a demandé d’aller se coucher, avant de se débarrasser des gardes.

B- Il lui dit que Polynice était un traître et qu’il a frappé Œdipe son père.

C- Il lui a dit de quitter son fils Hémon pour la sauver.

Choisissez la ou les bonnes réponses. (1p)

$ Cette question est là pour remplacer la fameuse SITUATION DE PASSAGE qui crée problème entre les enseignants eux-même!

Comme vous le constatez, c'est un QCM.

Il suffit que l'élève connaît les événements pour répondre.

Au niveau thématique, la question est justifiée: si Créon dit qu'il a tout fait pour sauver Antigone, c'est qu'il dit la "vérité".

Autre façon de poser la question.

D'après ce que vous connaissez de la pièce, Créon a-t-il tout fait pour sauver Antigone?

Ici aucune aide n'est donnée à l'élève.

===============================================================================

Revoyons cette question. Quels problèmes comporte-t-elle au niveau de la formulation ou au niveau de sa compréhension?

4- « Tu es fou, père. » a- Hémon traite son père de fou parce que celui-ci veut…………………………………………… b- Hémon s’adresse à Créon en tant que : a- père B- roi. Choisissez la bonne réponse. (1p)

Autre façon de poser la question.

Que veut Créon faire à Antigone?

Il ne veut pas quant même l'inviter au bal! OU lui donner une récompense! OU lui adresser ses félicitations!

5- Relevez une didascalie où le père et le fils sont dans une situation de défi. (0,5p)

Ici deux difficultés: la didascalie que l'élève doit connaître: la maîtrise du jargon théâtral et le mot "défi" que l'élève doit IMPÉRATIVEMENT connaître car c'est un thème central dans Antigone!

===============================================================================

A- « tu vois bien qu'ils l'(emmènent) ! » = b- Subjonctif présent [ Où est ce subjonctif ?!!!]

En effet, vous avez tout à fait raison. Il s'agit bel et bien de présent de l'indicatif!

=================================================================================

Mais vous avez écrit:

De plus, cette question ajoutée aux autres (3 et 5) s'avèrent équivoques, superflues et anachroniques !!!

De quelle question s'agit-il?

"équivoques": qu'est-ce que vous voulez dire par là?

Le "s'avérer" ici n'est pas à sa place! Qu'est-ce qui s'avère? Est-ce la question ou les autres questions!?

"superflues" au pluriel! Cela veut dire les questions ( 3 et 5)?!

Qu'est-ce que vous voulez dire avec "anachroniques"?

Remarque: un très grand travail est demandé pour celui qui veut avoir l'habitude de trouver le MOT JUSTE pour ajuster sa pensée!

D'ailleurs, on ne peut pas donner la même charge sémantique à des mots si nous n'avons pas les même expériences...

==============================================================================

2- Répondez par vrai ou faux et justifiez votre réponse :

Le chœur demande à Créon de sauver Antigone en disant qu’elle est malade.

Qu’est-ce que vous entendez au juste par « malade » :

-indisposée physiquement pour répondre de son acte devant la foule qui réclame l’application de la loi ? !!!!

-Malade mentalement ( folle) ?!!!!!

Remarque: c'est vrai ici, la réponse est VRAI.

C'est également un faute d'inattention!

================================================================================

Puis il y des questions relevant plus d'un jeu de hasard ( on se croirait dans une partie de la roulette russe!) que d'une vraie évaluation :

Que voulez vous dire par "vraie évaluation"?! Est-ce les questions ambiguës, telles qu'on les voit de partout?

Où sont les questions qui donnent à croire que l'on est devant " une partie de la roulette russe!"?

Savez- vous que "les questions du genre "choisissez la bonne réponse"!!!!" font partie des questions fermées, qui favorisent plus l'( objectivité) au niveau docimologique?! D'ailleurs tout le système de l'évaluation dans un pays comme le CANADA est basé sur ce genre de question! QCM!

"ou les questions facilement transmissibles !!! " Savez-vous que les questions facilement transmissibles sont celles qui sont demandées lors de l'examen!

Voir l'examen posé par nos voisins les algériens dans ce sens!

http://www.marocagreg.com/forum/sujet-sujets-bac-algerie-2009-2010-4868.html

================================================================================

Des exemples qui parlent d'eux-même! (tirés de deux examens donnés cette année!)

==============================================================

6. « ... les soirées ne pourraient plus apporter leur lot de fraîcheur bénéfique ».

L'auteur a employé le conditionnel pour affirmer que :

- Les soirées n'apporteront sûrement plus de la fraîcheur.

- Les soirées n'apporteront peut-être plus de la fraîcheur.

- Les soirées n'apporteront plus de la fraîcheur.

============================

5. Complétez le passage avec les mots et expressions suivants :

moral et matériel - indirecte - l'être humain - empêche

En augmentant le nombre et la force des inondations et des sécheresses, le réchauffement climatique ....... de façon ....... le confort ....... de .......

===============================

8. « Elles détruisent souvent les récoltes ». A quoi renvoie le pronom « elles » ?

=============================

2. « A ces périls s'ajoutent des menaces cachées ... ».

De quels périls s'agit-il ?

=================================

2. Le monde manque de tolérance envers autrui.

Quelle est dans le texte la phrase qui exprime la même idée ?

==============================

4. « Il y a quelque chose d'un peu triste dans cette constatation : il a fallu que le fair-play devienne un jeu pour être vraiment appliqué ».

La 2ème proposition exprime :

• Une cause

• Une opposition

• Une explication

Recopiez la bonne réponse.

============================

5. Parmi les idées suivantes, quelle est celle qui n'est pas exprimée dans le texte ?

• Toute société devrait se fixer comme idéal de posséder la meilleure équipe sportive.

• Un des objectifs du sport est de permettre aux hommes d'être égaux.

• L'objectif du sport consiste à harmoniser les performances physiques et le respect des règles morales.

Recopiez la bonne réponse.

============================

6. « Ah ! Comme les sociétés feraient bien de prendre exemple sur le fair-play ... » Le conditionnel employé dans cette phrase exprime :

• Une éventualité.

• Un souhait.

• Une affirmation atténuée.

Recopiez la bonne réponse.

=============================

7. « c'est-à-dire à se servir de lui ».

A quoi renvoie le pronom « lui » ?

==============================

8. Pour l'auteur, la morale du sport est :

• ni vainqueur ni vaincu.

• vaincre à tout prix.

• améliorer sa condition physique.

Recopiez la bonne réponse.

==============================

9. « le vainqueur s'élève grâce au vaincu et il élève le vaincu en même temps qu'il s'élève lui-même ».

Quelle est dans le texte la phrase qui rejoint cette idée ?

===================================

Voilà des questions qui travaillent sur la notion de " fiabilité" dont j'ai parlé tout à l'heure...Ces questions mettent l'élève dans une situation de réussite, au lieu d'échec!

Maintenant, M. KHALFI KARIM, je vous invite à relire une seconde fois l'évaluation que j'ai proposée pour y relever les deux unités de SENS que j'ai construites à partir des deux axes: voir questions!

Cordialement.

NB- Je vous demande de proposer un questionnaire autour du texte en question pour voir votre propre conception de l'évaluation sommative...

NB- Pour le petit incident de dépars, j'accepte vos excuses.

NB- J'attends votre réponse: on continue d'apprendre les uns les autres.





 Réponse N°48 5380

Le mot ou le sens juste ?!!
  Par   KHALFI KARIM  (CSle 28-06-10 à 18:14



[Remarque: un très grand travail est demandé pour celui qui veut avoir l'habitude de trouver le MOT JUSTE pour ajuster sa pensée!

D'ailleurs, on ne peut pas donner la même charge sémantique à des mots si nous n'avons pas les même expériences...]

Je suis entiérement d'ccord avec vous ! Aussi devrais-je vous prier humblement de bien vouloir relire ce que nous avons gribouillé au sujet de votre "examen". Peut-être y trouveriez-vous le SENS JUSTE pour nos petits mots !

Mes respects monsieur.




 Réponse N°49 5382

...bien vouloir relire...
  Par   Idoubiya Rachid  (Profle 28-06-10 à 19:01



Salut,

Pour ne pas tomber dans un dialogue de sourds, je vous demande de bien relire ce que je vous ai écris à propos de l'examen. Cela sera toujours constructif!

Comment trouvez-vous les questions posées dans l'examen proposé par l'Algérie: revoir l'adresse web!

" Le mot ou le sens juste", c'est tout à fait la même chose!

N'oublions pas que nous sommes ici pour apprendre les uns les autres!

Donc, si vous le voulez bien, envoyez un autre EXAMEN pour voir si la conception de l'évaluation sommative, telle que que la concevez est partagée ou non!

Il ne faut pas rater l'objectif!

Cordialement!




 Réponse N°50 5383

Nous avons nos cadres au Maroc !
  Par   KHALFI KARIM  (CSle 28-06-10 à 20:21



Que les Algériens ou les Canadiens ou même les Français adoptent ce genre de questions, ne veut pas dire forcément que c’est le bon choix ou que c’est le modèle à suivre !!! ( Ahlo maqa adraa bi chi3abiha !) Poser des questions de la sorte , c’est à notre sens souffler les réponses au candidat, tricher « officiellement » !!!! C’est aussi consacrer la médiocrité, encourager et favoriser la passivité et pire, abrutir l’esprit des élèves !!!!

Demander à un élève de première année bac d’identifier le temps ou le mode de tel ou tel verbe, la fonction syntaxique d’un mot dans « une phrase », ça c’est anachronique !!! Ces notions élémentaires de la langue sont censées être acquises et évaluées au cours du cycle primaire et collégial !!! Notre tâche à nous, dans le cycle qualifiant, c’est d’en faire usage comme outils de compréhension et de production de textes que ce soit à l’écrit ou à l’oral !!!! Progresser, monsieur, et faire progresser !!! c’est notre souci ! Au lieu de s’abaisser au niveau des élèves, amenons-les à gravir les marches de l’apprentissage !! Et ce n’est pas avec cette méthode, que vous vous acharnez à défendre, que l’on va atteindre cet objectif !

Pour une proposition, ce n'es pas moi qui ai parlé de "scandale"!

Mes respects monsier.




 Réponse N°51 5387

On ne doit pas se sous-estimer !
  Par   SBAITI HASSANE  (CSle 29-06-10 à 00:27



Entiérementd'accord avec vous monsieur Khalfi.





 Réponse N°52 5389

" Progresser, monsieur, et faire progresser !!!"
  Par   Idoubiya Rachid  (Profle 29-06-10 à 02:03



Voilà ce qui amusant!

Aaaaa si KHALFI KARIM, l'enseignement n'a jamais été chose facile! Avant de parler de docimologie, il faut faire des études! Travailler à perfectionner sa façon d'enseigner, mais aussi travailler à améliorer le système de son pays, en le comparant avec celui des autres!

NB- je n'ai pas/ jamais pris aucun système comme modèle! Au contraire! Ce que j'ai voulu faire, c'est d'essayer de voir comment les autres travaillent! Car nous ne vivons pas dans une îles diserte, mais bel et bien dans le monde que nous connaissons!

NB- Cela veut dire une chose: mieux connaître ses possibilités en les comparant avec celles des autres est toujours bénéfique pour s'améliorer et se perfectionner! Avez-vous lu certaines questions données à nos élèves du collège qualifiant? ( Académie Souss Massa Draa, à titre d'exemple?)

Voir le lien suivant: une étude que j'ai faite dans ce sens:http://www.marocagreg.com/forum/sujet-examen-regional-unifie-pour-l-obtention-du-certificat-du-cycle-collegial-souss-massa-draa-5088.html

=====================================

Voilà un extrait:

II- LANGUE :

1- A- Relevez dans le premier paragraphe du texte une phrase où l’on exprime l’idée de but.

Commentaire : pas de remarque particulière, sinon : le mot : « idée », qui est ici superflue !

B- « la mer était trop grosse pour que notre embarcation puisse résister. »

L’idée exprimée dans cette phrase est :

a- la concession

b- la conséquence

c- le but

Recopiez la bonne réponse.

Commentaire :

Pour l’élève la question donnée est-elle accessible ?

Trop ….pour que ! (conséquence) : les mots clés ne sont même pas soulignés ! Même le mot : trop n’est pas à sa place ! Pour un français usuel, on écrit Tellement !!!!

pour…que : Ahmed révise ses leçons pour qu’il réussisse ! ( le but) !!! Il ne sait pas le pauvre que l’examen peut être la source de son échec !

=====================================

2- Reliez les deux phrases suivantes de manière à exprimer la cause :

- Le bateau est sur le point de faire naufrage. Nous devons tous le quitter.

Commentaire :

Combien de « compétences » l’élève doit-il posséder pour répondre à cette question ?

- La compétence que l’examinateur cherche à tester est : l’utilisation d’un outil/lien logique introduisant la cause ! Mais pour atteindre cet objectif, il fallait passer par :

- La maîtrise de compétence sémantique : le sens de la phrase support : « Le bateau est sur le point de faire naufrage. Nous devons tous le quitter. »

- La connaissance des règles autour des pronoms personnels : « le » = « bateau » ! / qui devient : il = le bateau !

* La réponse officielle : - Nous devons tous quitter le bateau car il est sur le point de faire naufrage.

- Si l’élève écrit : - Comme le bateau est sur le point de faire naufrage. Nous devons tous le quitter. Cette réponse va-t-elle bénéficier d’une note ? C’est ma réponse !!!!!

=====================================

3- Dans la phrase suivante, remplacez « si » par « au cas où » en procédant aux transformations nécessaires :

- Si la tempête était moins violente, le bateau ne ferait pas naufrage.

Commentaire :

- La difficulté dans cette phrase n’est pas la transformation temporelle : imparfait / conditionnel présent mais la STRUCTURE MÊME de la phrase !

NB- pour mettre l’élève dans une situation de réussite il fallait écrire :

- Si la tempête était violente, le bateau ferait naufrage.

On aurait : Au cas où la tempête (serait) violente, le bateau (ferait) naufrage !

=======================================

4- Le capitaine est vigilent, il ne peut pas éviter la catastrophe.

Exprimez l’idée de la concession en employant « quoique ».

Commentaire :

Cette question est acceptable : le passage Indicatif/subjonctif passe de façon « normale » !

==========================================

5- Trouvez la situation de communication qui correspond à l’énoncé suivant :

« Il est vrai que nous sommes tous à bout de force, cependant nous devons continuer à lutter contre les vagues. »

* La réponse officielle : Un capitaine encourageant ses hommes à redoubler d’efforts pour sauver le navire.

- Acceptez toute situation de communication adéquate.

Commentaire :

Pour trouver une situation de communication, il faut lire la phrase de la communication et imaginer dans quelle situation communicationnelle elle est dite…

Maintenant, lisons la situation : Un capitaine encourageant ses hommes à redoubler d’efforts pour sauver le navire. Normalement dans cette situation, le capitaine doit crier fort, voir hurler : « Il est vrai que nous sommes tous à bout de force, cependant nous devons continuer à lutter contre les vagues. »

Après avoir crier fort, la phrase en question, est-ce qu’elle colle à la situation ?!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!Jugez par vos même !

6- Un passager émet une hypothèse en exprimant sont regret d’avoir pris ce bateau.

* La réponse officielle : « Si j’avais su, je n’aurais pas participé à ce voyage. »

- Acceptez toute formulation adéquate.

Maintenant, imaginons un matelot dire ces mots alors que le navire est entrain de couler : ne va-t-il pas être taxer de lâche ? Ne trouve-t-il rien à dire qu'une telle absurde phrase ?

- Les voyageurs de cette époque ne connaissent-ils pas les dangers de la mer ? – Cette situation montre qu’il s’agit d’un anachronisme évident ! Comme on ne se met pas dans la peau d’un élève, pourquoi voudrait-on qu’on se mette dans la peau d’un matelot ?!!!!!!!!!!!

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

III- Écriture 8 points

Sujet :

De retour chez lui, l’un des matelots raconte à sa famille comment l’équipage a pu échapper à la mort.

Rédigez ce récit en une dizaine de lignes.

Critère d’évaluation :

- Respect de la consigne 1 p

- Cohérence de la narration (organisation et progression du récit) 3 p

- Qualité de la langue (vocabulaire, syntaxe, ponctuation, conjugaison) ; 4 p

Commentaire : dans une première lecture, ce sujet passe pour un exercice banal et accessible à la plupart des élèves…Mais dans la réalité 99% des élèves ont raté cette production à 8 points pour être testé sur les 12 points restante !

Pourquoi ?

- Mais parce que le texte de départ est incohérent !

- Mais parce que les éléments d’imagination dans ce sens ne sont pas évidents pour la maturité psychologique d’un élève de 15 ans !

- Mais parce que l’élève ne peut pas se mettre dans la peau d’un matelot comme l’est le cas de nos académiciens !

La preuve 99% n’ont rien écrit autour de la production écrite !

===================================================

Ce qui est étonnant dans tout cela, c'est cette façon de voir les choses! " Poser des questions de la sorte , c’est à notre sens souffler les réponses au candidat, tricher « officiellement » !!!! C’est aussi consacrer la médiocrité, encourager et favoriser la passivité et pire, abrutir l’esprit des élèves !!!!"

Est-ce vrai que ceux qui ont donné ce genre de question doivent être traités de " tricheurs"? Pourquoi toujours cette habitude à porter des jugements de valeur?

L'apprentissage est une question de vraie modestie! Mais avant de commencer son apprentissage, il faut apprendre à écouter autrui! Non pour le critiquer ou pour contester ce qu'il avance, mais pour essayer de le comprendre et de réfléchir avec lui!

Je l'ai dis et je le répète: cet espace est celui de la réflexion et de l'entraide, non de débats creux et sans valeur éducative!

Après les réponses données, et les remarques formulées, il aurait été judicieux d'analyser des phénomènes tel que: la fiabilité, la commodité, et la validité d'un examen!

Rappelons que pour les COPIES corrigées dans notre commissions chargée de la correction, seul 1% des élèves ont écrit la production écrite! Et sur les 200 copies corrigées, seuls 4 élèves ont obtenu leur moyenne!

Ça c'est un fait! Un examen dont le résultat est aussi catastrophique ( favorise l'échec au lieu d'encourager la réussite ne peut être que blâmable!"

Est-ce que tous les élèves qui ont participé à cet examen ne fournissent pas des efforts et qu'il faut leur apprendre à travailler de nouveau pour répondre au dit examen?! Est-ce que les enseignants qui ont préparé les élèves ne font pas leur travail? Est-ce que le système est tellement pauvre pour donner de tels résultats? Voilà des questions à poser dans ces conditions! Et c'est à nous tous: depuis le sommet de la pyramide jusqu'à la base, d'y répondre!

Maintenant, avant de parler de compétences ou de quoi que ce soit, la seule question valable dans ce sens, c'est de dire pourquoi les élèves ont obtenu de tels résultats!

En fin, n'a-t-on jamais parlé de réussites abusives et d'échecs abusives!?

Pourquoi les élèves n'arrivent-ils pas à écrire des phrases correctes, après huit, dix ou douze années d'apprentissage?

Pourquoi y' a-t-il un océan entre le curricula ( qui place l'élève au centre du système d'enseignement), alors que dans les programmes scolaires, tout ce qui compte, c'est de transmettre des connaissances toutes faites et décontextualisées: ( voir un article dans ce sens: http://www.marocagreg.com/forum/sujet-dissertation-didactiques-5223.html)

Aaaaa si KHALFI KARIM, vous avez dis: " Que les Algériens ou les Canadiens ou même les Français adoptent ce genre de questions, ne veut pas dire forcément que c’est le bon choix ou que c’est le modèle à suivre !!! ( Ahlo maqa adraa bi chi3abiha !)"

Je suis tout à fait d'accord avec vous, mais les enseignants qui suivent ce qui se passe dans le champ de la didactique, vous diront que nous avons invité un Monsieur qui s'appelle Xaviers Rogiers pour nous donner une "pédagogie miracle" afin de nous faire sortir l'impasse où nous sommes!

Vous savez bien sûr que les programmes changeront à partir de la rentée scolaire 2011-2012! Et que nous avons/allons ( généralisation) adopter la pédagogie de l'intégration parce qu'elle était adoptée par l'Algérie et la Tunisie! Et à ce qu'il parait, cette pédagogie a donné ' de bons résultats"! "( Ahlo maqa adraa bi chi3abiha !)"

Et je vous dis Aaaaa si KHALFI KARIM, que nous allons rater encore une dizaine d'années pour rien! Et je sais exactement de quoi je parle= j'ai fais de vraies recherches dans ce sens= avec la vraie modestie bien sûr) ... Alors que nous pouvons avec nos potentialités trouver tout seul les solutions adéquates à nos problèmes, que nous connaissons tous! "( Ahlo maqa adraa bi chi3abiha !)"

Alors maintenant, pour conclure, je vous dirai une chose: j'attends votre façon de concevoir l'évaluation sommative pour une discussion fructueuse. Car c'est nous, les enseignants, qui ferons de notre mieux pour changer et améliorer notre système éducatif. Et personne d'autre ne doit le faire/ et ne le fera à notre place!

"( Ahlo maqa adraa bi chi3abiha !)"

Cordialement.





confidentialite Google +